Des réformes incontournables pour promouvoir les IDE

Le Tunisia Investment Forum – TIF 2015, se tient aujourd’hui  11 et demain 12 juin 2015 à Gammarth, Tunis sous le thème :« Investir en Tunisie, accompagner le succès ».

5ème édition post Révolution- 17ème depuis son inauguration- le forum cette année réunira des représentants de près de 50 pays et des personnalités de haut niveau représentant les organisations, les institutions économiques et financières régionales et internationales. 1400 participants se sont inscrits dont 500 étrangers pour participer à cet événement qui sera animé par 61 interventions portant sur la thématique de la promotion de l’investissement.

Nouveauté pour cette édition, la participation d’importantes délégations albanaise, américaine, australienne, brésilienne, chinoise, émiratie, espagnole, grecque, malaisienne, qatarie et turque.

Autre nouveauté et pour la première fois la  WAIPA ( Association Mondiale des Agences de Promotion de l’Investissement ) se joint au TIF, à travers l’organisation d’une conférence régionale MENA qui se tient pour la première fois en Tunisie.

La WAIPA, est une organisation non-gouvernementale internationale établie en 1995 par la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement ( CNUCED ) qui agit comme un forum pour les agences de promotion des investissements ( API ), leur fournit des réseaux régionaux d’échanges et de réflexion pour encourager les bonnes pratiques de l’investissement. Elle comprend aujourd’hui 124 pays membres.

Elle a pour objectifs de promouvoir et développer la compréhension et la coopération entre les API; renforcer les systèmes de collecte, de promouvoir l’utilisation efficace de l’information et faciliter l’accès aux sources de données; partager les expériences nationales et régionales pour attirer l’investissement étranger et l’amélioration de l’investissement extérieur; et aider les API ( agences publiques de l’investissement ) pour défendre la promotion de politiques, au sein de leur gouvernement, qui sont bénéfiques pour l’augmentation des investissements directs étrangers et la promotion du développement économique.

Intervenant lors de cette conférence, les représentants de la WAIPA, des agences publiques de l’investissement de Tunisie, d’Egypte et du Liban ont abordé différents thèmes, en relation avec la situation post révolutionnaire dans des pays tels que la Tunisie et l’Egypte ainsi qu’au Liban.

La région MENA a vu le volume des IDE baisser sensiblement après les révolutions arabes mais affirment les intervenants on s’attend à une reprise de ces investissements d’autant que certains pays ont réussi leur transition démocratique.

Ces IDE représentaient 6 % du PIB de la région en 2013 et l’on envisage qu’ils atteignent 45 milliards de dollars d’ici 2020 grâce à une multiplication par trois de ces IDE. Pour réaliser ces résultats, il est nécessaire ajoutent les intervenants d’adopter une approche logique et une stratégie basée sur le développement durable.

L’Egypte post révolutionnaire, qui a enregistré une chute des IDE a adopté une feuille de route mise en œuvre à travers l’adoption d’une nouvelle constitution, l’organisation d’élection présidentielle afin de faire face à une économie au bord de l’effondrement, a déclaré Dr. Hassan Fahmy Président de GAFI ( agence égyptienne de promotion des investissements). Cette feuille de route mise en œuvre grâce à l’appui de pays amis comme l’Arabie Saoudite, les EAU et le Koweït ont permis de redresser la barre et une amélioration des investissements permettant d’enregistrer une croissance du PIB de 2,2 % au cours du premier semestre 2015 contre 1% en 2013 avec des perspectives de croissance de 3 ou 4 % et assurant un flux d’IDE d’une valeur de quatre milliards de dollars.

La feuille de route en question englobe des réformes pour consolider la position économique égyptienne. Dans ce cadre l’agence égyptienne de promotion de l’investissement a proposé :L’adoption d’un nouveau code de l’investissement, (adopté en 2015);

  • L’élargissement du champ des IDE;
  • L’adoption d’une nouvelle loi sur le travail (en cours) pour réorganiser les relations employeurs employés;
  • Une loi pour lutter contre la corruption et le népotisme;
  • Une législation pour donner la priorité dans le secteur énergétique (d’autant que l’Egypte prévoit d’investir six milliards de dollars pour la production de 30.000 mégawatts d’énergie renouvelable);
  • Une législation pour la production, le transport, l’achat et la vente de l’énergie;
  • Une législation sur les appels d’offres publics;
  • Législation sur les micro-projets, l’arbitrage.

Concernant la Tunisie, Khalil Laabidi Directeur général de la FIPA a déclaré que la situation des IDE n’est pas différente de celle de l’Egypte.

La Tunisie post-révolution devrait répondre à trois défis : les retombées de crise mondiale de 2008, la crise en Libye et l’impact de la révolution tunisienne.

L’intervenant a relevé qu’en 2015, les IDE ont chuté de 25% en Tunisie par rapport à 2010. Il fallait donc changer de marketing, en mettant en avant les avantages spécifiques du site Tunisie, notamment la situation géographique proche de l’Europe, du monde arabe et de l’Afrique.

De même, la Tunisie a entamé une modernisation de son arsenal juridique relatif aux IDE, notamment l’élaboration d’un nouveau code de l’investissement, d’une loi sur le partenariat public privé ( PPP ), d’une réforme de la législation sur les marchés publics et une réforme du secteur bancaire public.

Khalil Laabidi a annoncé aussi que le flux des investissements s’est amélioré cette année (IDE et portefeuille) et pourrait atteindre les chiffres enregistrés en 2010.
L’intervenant a mis aussi l’accent sur les IDE dans le secteur énergétique qui représentent 52 % du total des IDE en Tunisie.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here