Tunisie : pour la parité homme-femme dans les médias

Donner la parole aux femmes dans les médias, tel est le message lancé lors d’une conférence de presse tenue hier, jeudi 22 avril, à Tunis sous le thème  » Les médias et le renforcement du concept de la citoyenneté égale en Tunisie « , en collaboration avec le Forum arabe pour la Citoyenneté en période de transition, et l’Institut international pour la paix, à laquelle, plusieurs figures médiatiques, politiques et de la société civile ont pris part.

Selon Sofiène Ben Hamida, journaliste de la chaîne El hiwar Ettounsi, la parité se traduit à travers le principe de la compétence. Il explique:  » La parité n’est pas un problème, nous avons vu que dans des pays démocratiques comme la France la parité n’a pas été atteinte, mais plutôt l’égalité. Cela veut dire quoi? Que si on arrive à garantir l’égalité, à partir de ce moment là ce n’est pas important que les femmes soient plus nombreuses ou non que les hommes. Ce qui est important c’est que le choix à des postes de décision soit basé sur des critères de compétence, et à partir de là tout peut basculer. Prenons l’exemple des pays scandinaves, ils ont dépassé le problème de parité et peu importe le nombre de femmes, elles ont été élues sur leur compétence et non sur la parité homme-femme « .

Et de poursuivre:  » Je suis optimiste et je sais que les choses devraient évoluer dans le sens de l’histoire, qui se dirige vers la liberté et l’égalité. Certes on avancera à petits pas comme partout ailleurs, parce qu’en Tunisie dans une phase post révolutionnaire, le problème n’est pas un problème d’orientation, mais un problème de rythme et le rythme est un peu lent en Tunisie « .

De son côté, Saima Mzoughi, coordinatrice générale du projet indique que ce projet a pour objectif de savoir comment la femme est réellement représentée au niveau des médias. Il faut  » instaurer une meilleure représentation de la citoyenneté égale « , affirme-t-elle.

Elle a également évoqué le rôle des médias dans la mise en valeur du concept de la citoyenneté égale, et dans la mise en œuvre de la responsabilité de la femme dans l’image qu’elle transmet aux autres.

 » Dans le cadre de ce projet, nous organisons des ateliers de travail et une campagne de sensibilisation sera prochainement lancée « , ajoute-elle.

Par ailleurs, Saida Garrache, avocate et militante, secrétaire d’Etat chargée de la société civile a déclaré que :  » Les revendications on peut toujours en parler, mais que la réalité ne reflète pas ces revendications. Au contraire, je pense qu’on a besoin d’aller plus loin pour imposer ce principe et trouver un équilibre et se rapprocher du principe de la parité. Ce n’est pas facile d’arriver à la parité. C’est toute une mentalité à laquelle il faut faire face, il ne suffit pas de plaider pour les bons principes « , précise-t-elle.

Interrogée sur les solutions à cette problématique, elle a répondu :  » Si on arrive à ce que toutes les choses se fassent d’une manière ordinaire, qu’on arrive à la parité, à l’égalité plutôt des chances face à la compétence, on n’aura plus besoin de parler de parité. C’est un mécanisme adopté pour faire évoluer les conditions générales. L’égalité d’accès à ceux qui sont les plus compétents et qui seront certainement sélectionnés. D’ici là on est obligé de travailler. Quand on parle d’égalité homme-femme, il s’agit bel et bien d’une pensée politique féministe pour redistribuer les rôles dans la société et ce n’est pas facile d’ouvrir ce chantier « .

Et de conclure :  » Je connais beaucoup de femmes qui sont très compétentes dans leur domaine qu’il soit politique ou économique, mais quand on fait venir des personnes qui garantissent plus d’audience comme les starlettes, on choisit des visages qui ramènent de l’audimat. Il faut créer ces stars, si on n’arrive pas à se renouveler, on finit par stagner. Il faut donner plus de chance, plus de possibilité à la diversité, encourager la diversité, osez inviter et donner la chance à des visages qui ne sont pas connus, mais qui sont aussi compétents « .

Son message :  » Osons plus et sortons du conformisme et de la paresse. Le courage et l’audace sont d’ aller découvrir d’autres horizons « .

Laisser un commentaire