Tunis – Gouvernement Essid : Priorités des cent premiers jours

Le gouvernement Essid a dressé, le 23 mars 2015, les mesures d’urgence de ses  ministères pour les cent premiers jours de gestion des affaires publiques.

Dans un document de synthèse publié par le gouvernement, ces mesures se répartissent entre 15 chapitres. Le premier, relatif au volet législatif, concerne la promulgation de la loi organique sur le Conseil supérieur de la Magistrature, la mise en place de la Cour constitutionnelle dans le délai d’un an prévu par la Constitution, la refonte de la loi sur l’expropriation pour cause d’utilité publique et l’amendement du Code de l’investissement.

Le deuxième chapitre énumère l’élaboration d’un document d’orientation du Plan quinquennal de développement 2016-2020, et ce, en se référant aux synthèses de priorités relatives à chaque ministère, qui doivent être déposées auprès du ministère du Développement, de l’investissement et de la coopération internationale avant fin mars courant.

Quant au troisième chapitre qui concerne la sécurité et la lutte contre le terrorisme, l’accent a été mis sur l’enclenchement de la procédure de ratification de la nouvelle loi sur la lutte contre le terrorisme et le blanchiment d’argent, et de la loi relative à la répression des agressions commises contre les forces de sécurité et de l’armée.

La protection du pouvoir d’achat du citoyen et la lutte contre la hausse des prix ont été abordées dans le quatrième chapitre. Il en ressort une meilleure maîtrise du taux d’inflation et du déficit commercial, la lutte contre la contrebande et le renforcement du contrôle économique, ainsi que l’amélioration de la situation financière de la société des viandes…

Se focalisant sur la prise en charge des couches sociales vulnérables, le cinquième chapitre dresse des actions d’urgences : porter de 1 à 2% le quota annuel de personnes handicapées à embaucher dans la fonction publique et dans les institutions publiques et privées ; lutter contre l’interruption de scolarité des jeunes filles rurales ; améliorer les services dans les écoles, les foyers et les restaurants scolaires situés dans les régions intérieures ; lancer un appel d’offres pour la construction de 2700 logements sociaux d’un coût total de 160 MDT.

S’agissant de la prise en charge sanitaire et sociale, le gouvernement Essid a affirmé, dans le chapitre 6, sa priorité accordée aux programmes de protection sanitaire de base, aux services de proximité, au développement de la médecine préventive et au lancement d’un programme d’amélioration du dépistage épidémiologique et la lutte contre les maladies contagieuses en milieu scolaire, outre la promotion de la bonne gouvernance dans le secteur de la santé publique et sa valorisation.

Le même chapitre s’intéresse à la situation des familles des martyrs et blessés de la révolution et celles des militaires engagés dans des opérations de lutte contre le terrorisme. Il prévoit également la majoration de 30 dinars de l’allocation servie aux familles nécessiteuses, soit de 120 à 150DT destinés à 230 mille familles…

Sur un autre plan, le septième chapitre a mis en exergue l’amélioration du cadre de vie, de l’hygiène et du milieu, par la création de 17 nouvelles municipalités, le règlement du problème des déchets et la réalisation des études de faisabilité de la réhabilitation de 81 quartiers populaires parmi 220…

Le chapitre 8 dudit document étudie l’éducation, l’enseignement, la recherche scientifique, la formation professionnelle, l’emploi et l’économie numérique. Parmi les mesures prioritaires, dans ce sens, s’affichent la mise en place d’un comité de pilotage de la réforme éducative, l’organisation d’un dialogue national sur l’éducation, une autonomie accrue des universités, le renforcement de l’employabilité des diplômés du supérieur, l’amélioration du niveau de la formation et de la qualité de l’enseignement supérieur privé, la création d’un portail national dédié essentiellement aux concours de recrutement dans le secteur public, ainsi que l’adoption du plan national numérique baptisé « Tunisie numérique 2018 » pour le mettre en œuvre…

En ce qui concerne les infrastructures, les équipements collectifs et le transport, le neuvième chapitre prévoit l’avancement de la cadence des travaux sur les autoroutes et les routes, la réalisation d’un programme d’entretien des pistes agricoles, la reprise des travaux de construction de bâtiments civils, le lancement d’un programme d’intervention d’urgence, d’entretien et de rénovation des établissements éducatifs, l’amélioration de la qualité des prestations du Port de Radès et de l’Aéroport international de Tunis-Carthage, la consolidation de l’infrastructure industrielle et technologique et l’amélioration de la qualité des services dans le transport public…

Dans son chapitre 10, le document du gouvernement Essid s’intéresse à l’industrie, l’énergie et les mines, et ce, à travers l’impulsion de l’investissement, l’accompagnement des PME, le renforcement de la compétitivité de l’entreprise, l’amélioration des ressources énergétiques, la promotion du secteur des mines et de la mise à niveau environnementale, le renforcement des programmes de maîtrise de l’énergie et la promotion des énergies renouvelables

Le chapitre suivant porte sur l’agriculture, les ressources hydrauliques et la pêche, en misant sur le règlement par étapes du dossier de l’endettement des agriculteurs et des pêcheurs, l’achèvement de la réalisation de quatre grands barrages et d’autres projets d’eau potable, l’organisation d’une consultation nationale sur les terres agricoles, l’élaboration d’un plan de protection des maladies provenant des plantes et des animaux…

La culture, la jeunesse, l’enfance et les affaires religieuses sont les sujets du chapitre 12, et ce, via le parachèvement du projet de la Cité de la Culture, la mise à niveau des maisons de culture dans les régions intérieures, l’encadrement des intellectuels et des innovateurs, la mise en place d’un nouveau cahier de charge relatif à la création des jardins d’enfants, la responsabilisation du discours religieux, la régularisation de la situation de la Mosquée de la Zitouna, la réorganisation du fonctionnement des mosquées et autres écoles coraniques sur des bases rationnelles, ainsi que la rénovation du ministère des Affaires religieuses…

Le plan gouvernemental pour les 100 premiers jours s’articule, dans son treizième chapitre, sur les conditions de succès de la saison touristique, à travers  la mise en place d’une batterie de mesures, à savoir la relance de l’activité des Aéroports de Monastir et Enfidha, l’adoption du projet de loi relatif à la protection des terres agricoles visant la création de gîtes ruraux et des espaces d’animation touristique, le lancement des opérations de sauvegarde des établissements hôteliers et touristiques

Le chapitre 14 se focalise sur le secteur financier et bancaire, en garantissant les équilibres des finances publiques, l’élaboration de la loi des finances complémentaire pour l’exercice 2015, l’avancement dans les grandes réformes fiscale et financière, notamment la recapitalisation des banques publiques, l’élaboration d’un plan de renforcement du secteur de la douane

Le quinzième et dernier chapitre a mis en exergue les relations étrangères de la Tunisie, et ce, en redéployant les missions diplomatiques à l’étranger, la rénovation des méthodes du travail diplomatique, la relance du Partenariat Privilégié entre la Tunisie et l’UE et des discussions portant sur l’accord de libre échange ( ALECA )…

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here