« WECLEAN » : le numérique au service de l’environnement

Depuis janvier 2011, le phénomène de l’amoncellement des poubelles et ordures ménagères dans tous les  quartiers de la capitale et villes du pays a pris bien souvent une tournure dramatique, sous le regard impuissant des pouvoirs publics ou des autorités locales, malgré les nombreuses et vaines protestations des citoyens paniqués.

Et voilà que  quatre  ans après la révolution, une campagne de propreté en mode numérique est lancée:   « Ensemble pour donner forme à l’avenir », tel est le slogan lancé hier, lundi 9 mars, lors d’une conférence de presse organisée par la société Blast,  avec la coopération allemande la GIZ, qui s’est tenue à la municipalité de la Marsa pour le lancement  de « WECLEAN», une application digitale et mobile permettant le signalement des zones polluées et la collecte des déchets ménagers par les citoyens bénévoles.

la campagne de sensibilisation est le concept en lui-même :

WECLEAN : c’est quoi au juste ?

C’est une application collaborative dont l’utilisation se veut très simple. Grâce à un système de géolocalisation, chaque utilisateur de l’application peut signaler (via photos et messages) sur une carte une zone de pollution ou être notifié de l’existence d’une zone de pollution signalée par un autre utilisateur dans le périmètre géographique de son choix. Une fois « l’alerte pollution » lancée, l’ensemble des utilisateurs notifiés peuvent s’organiser sur l’application elle-même pour une action de collecte et d’assainissement de la zone signalée.  Une fois « traitée », les utilisateurs peuvent partager sur l’application des photos de la zone assainie. L’agence Blast, spécialisée dans la communication sur les médias sociaux, se charge d’informer et de sensibiliser le plus grand nombre des différentes opérations de propreté effectuées sur tout le territoire.

Pour Selim Halioui, responsable à l’agence Blast, ce type d’action permet de donner l’opportunité au citoyen de prendre en charge et d’avoir conscience des problèmes réels. “Notre rôle n’est pas de dénoncer, mais d’informer, en fournissant les moyens d’agir”, a-t-il affirmé. Et d’ajouter que grâce au système de géolocalisation, chaque utilisateur peut signaler via photo ou message sur une carte une zone de pollution.

« Les gens se plaignent de la pollution.  Aujourd’hui ils ont les moyens de prendre les choses en main avec le concours des municipalités, et notre  rôle consiste à vulgariser cette nouvelle application ».

Dr Ingrid Schwoerer, coordinatrice du projet CoMun, a pour sa part expliqué que ce projet commun  aura pour objectif de renforcer le rôle des municipalités qui commencent à prendre conscience de l’importance de la sensibilisation.

Interrogée sur le rôle du citoyen face à la pollution, Dr Ingrid Schwoerer a souligné que le mot d’ordre n’est autre que  la responsabilisation. «  Il n’y  a pas une solution magique. Tout commence avec le dialogue avec les enfants en leur apprenant  comment se comporter avec les déchets« , déclare-t-elle.

weclean-l-economsite-maghrebin

Nesrine Ben Romdhane, responsable du projet WECLEAN chez Blast, résume ainsi : « La production des déchets ménagers est un phénomène, par définition, perpétuel, si bien que les solutions de type « campagne de propreté » ne peuvent avoir d’effet que de manière ponctuelle. Sitôt la campagne de propreté achevée, le problème se repose ». Et de poursuivre: «  L’aspect préventif n’est pas suffisamment creusé par les autorités et les composantes de la société civile malgré leurs efforts et volonté  d’endiguer le problème. Pour nous, la prévention passe par la responsabilisation des citoyens et cette responsabilisation passe par la participation effective des citoyens à l’effort d’assainissement de l’espace public. WECLEAN est une application digitale et mobile qui en appelle à la responsabilité citoyenne en lui donnant les moyens d’agir ».

Par ailleurs, Samira Laabidi, directrice chargée de l’environnement au sein du ministère de l’Intérieur, a mis l’accent sur le rôle d’assistance  dans la gestion des déchets en termes d’équipements et de communication avec un budget estimé à 35 MD destiné à l’achat des équipements qui seront déployés dans les communes à travers un appel d’offres lancé par  l’Union européenne.

Enfin, elle conclut : « La collecte des déchets est notre mission principale non seulement en tant que ministère, mais en tant que communes. Nous continuons  à responsabiliser les gens ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here