Tunisie – Maison de redressement de Gammarth : la colère du ministre

La situation de  la maison de redressement de Gammarth a outré le ministre de la Justice Hafedh Ben Saleh et Naila Chaabane, secrétaire d’Etat aux Affaires de la femme et de la famille, lors d’une visite inopinée effectuée ce 24 décembre.

Lors de cette visite, il a été constaté que les conditions de vie à l’intérieur de cet espace sont déplorables : dans les chambre les matelas sont déchirés et les fenêtres brisées. De plus,  les salles d’eau installées dans les chambres aggravent l’absence d’hygiène et sont source d’odeurs nauséabondes. L’absence d’un système de chauffage aggrave davantage l’insalubrité des lieux.  D’autre part, l’espace de santé manque de médecins et d’infirmiers et est administré  de surcroît par un fonctionnaire non diplômé, ce qui a suscité la colère du ministre.

La secrétaire d’Etat, quant à elle, a affirmé à la presse à la fin de la visite que cette structure n’est pas apte pour abriter des enfants et a souligné l’importance de les transférer dans d’autres locaux plus décents et d’affirmer que la prison des femmes est dans une précarité encore plus choquante.

Dans une vidéo publiée par le correspondant d’Express fm, nous pouvons voir le ministre  interpeller l’une des responsables de la maison de redressement en lui disant : « Ne  sont-ils pas des humains ces enfants ? Comment  se fait-il que vous manquiez de médecin ? ».  Au prétexte que l’absence de médecins est due au fait que l’administration pénitentiaire ne dispose que de 28 médecins sur tout le territoire tunisien, le ministre  a répondu fermement : « Même s’il y en a que deux pour tous les établissements, il faut qu’un médecin effectue des contrôles dans cette maison de redressement. »

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here