Le menthol, pour accroître encore plus la dépendance au tabac

Comment peut-on expliquer le succès actuel de la cigarette mentholée, s’agit-il du fruit d’une stratégie marketing efficace, ou y a-t – il d’autres raisons à ce succès?

Des scientifiques se sont penchés sur cette question et ont étudié les effets biologiques du menthol sur l’organisme, notamment son potentiel de dépendance vis-à-vis du tabac.

En effet, les fumeurs de cigarettes mentholées sont susceptibles d’échouer dans leur tentative d’arrêter de fumer, plus que les consommateurs de tabac non mentholé : dans une étude traitant de cette question, la proportion des individus ayant réussi leur sevrage tabagique atteint 23% pour les consommateurs de cigarettes mentholées contre 50 % pour ceux de cigarettes non mentholées.  Partant de ce principe, les scientifiques du California Institute of Technology ont mené des expériences afin de déterminer le rôle potentiel du menthol dans le développement de la dépendance au tabac.

La dépendance à la nicotine se produit du fait que son utilisation continue modifie la quantité et la composition de certaines protéines dans le cerveau, appelées récepteurs nicotiniques. En analysant des cellules en culture ainsi que des souris, les chercheurs ont constaté que l’action (seule) du menthol pouvait augmenter les niveaux du récepteur nicotinique.

En outre, l’augmentation de la quantité de ces récepteurs était plus grande lorsque le menthol est combiné avec la nicotine. Les analyses ont également démontré que le menthol interagit avec un sous-type de récepteur nicotinique, associé à la libération de la dopamine dans le cerveau, une substance connue pour être impliquée dans le fameux « circuit de la récompense » qui entretient le phénomène de dépendance, et les comportements relatifs à l’addiction.

« Ces données montrent que le menthol n’est pas simplement un rehausseur de saveur, comme beaucoup d’entre nous ont cru par le passé », a déclaré le Dr Henderson, auteur de l’étude, lors de la présentation de ses conclusions à la réunion annuelle de la Society for Neuroscience à Washington DC, le mois dernier.

Si l’effet est le même chez l’homme, ces résultats aideraient à expliquer pourquoi les fumeurs de cigarette au menthol ont plus de difficultés à cesser de fumer par rapport à ceux qui fument des cigarettes non mentholées.

«Nous n’avions aucune idée si les gens qui ont choisi des cigarettes mentholées avaient une probabilité plus élevée de la dépendance au tabac , ou si le menthol a eu des effets spécifiques sur le cerveau», explique Marina Picciotto de la  Yale School of Medicine. Elle affirme que ces résultats suggèrent que le menthol augmente les propriétés addictives de la nicotine.

Ces conclusions contribueront-elles à resserrer l’étau contre l’industrie du tabac, qui ne lésine pas sur les efforts pour rendre leurs clients encore plus dépendants ?

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here