Algérie – Production céréalière : un déficit criard

En Algérie, l’importation de blé a dépassé les deux milliards de dollars sur les dix premiers mois de l’année 2014, en  hausse de près de 10% comparativement à la même période de 2013, selon les chiffres des Douanes algériennes.

En quantité, les importations de blé tendre et dur ont atteint 6,27 millions de tonnes sur les dix premiers mois 2014, contre 5,33 millions de tonnes à la même période de l’année écoulée, en hausse de 17,62%.

En termes de catégorie de blé, les achats à l’extérieur de blé tendre se sont chiffrés à près de 1,36 milliard de dollars (pour une quantité  de 4,56 millions de tonnes), contre près de 1,43 milliard de dollars (4,28 millions de tonnes) à la même période de comparaison de 2013. Pour le blé dur, l’Algérie a importé, durant la même période de l’année en cours, pour un montant de près de 672 millions de dollars (1,71 million de tonnes), contre près de 419 millions de dollars (1,04 million de tonnes) à la même période de comparaison, soit une hausse de plus de 60% en terme de  valeur.

A rappeler que la production céréalière nationale de la campagne 2013-2014 de l’Algérie a reculé de 30% par rapport à la saison précédente, en s’établissant à 34 millions de quintaux contre 49,1 millions de quintaux durant la campagne 2012-2013.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here