Salon de l’Entreprise de Sfax : une opportunité pour s’ouvrir à l’international

Le Centre d’affaires de Sfax a organisé, les 19 et 20 novembre 2014, à la Foire internationale  de Sfax, la 5e édition du Salon de l’Entreprise, et ce, en collaboration avec la Chambre de commerce et d’industrie de Sfax, l’Union régionale du commerce, de l’industrie et de l’artisanat, le Commissariat général au développement régional, l’Agence de promotion de l’industrie et de l’innovation, l’Agence de promotion des investissements agricoles, l’Office national de l’artisanat tunisien, l’Office national du tourisme tunisien, l’Agence nationale pour l’emploi et le travail indépendant, et l’Université de Sfax.

Il s’agit d’un rendez-vous des promoteurs, des hommes d’affaires et de tous les acteurs économiques. Objectifs :

  • Communiquer sur les différentes possibilités, avantages, programmes et mécanismes au profit des entreprises, afin d’améliorer leur croissance, et au profit de l’investissement et la création d’entreprises
  • Présenter les services fournis par les divers organismes, administrations, structures et associations aux entreprises, hommes d’affaires, promoteurs, investisseurs et ceux qui désirent créer un projet
  • Encourager l’investissement et la création de projets et sensibiliser à l’importance de la culture entrepreneuriale
  • Assurer la rencontre, la communication et l’échange d’avis et d’expériences entre les différents acteurs économiques.

Ils ont dit 

En marge du Salon de l’Entreprise, Ikram Makni, directrice générale du Centre d’affaires de Sfax, nous a déclaré qu’avec la participation de plus de 150 exposants, cette édition a représenté une nouvelle opportunité pour les entreprises et les sociétés soucieuses d’améliorer leur croissance et de découvrir de nouveaux services fournis par les administrations, structures, organismes et associations.

makni-l-economiste-maghrebinMme Makni a estimé que cette manifestation ambitionne d’encourager l’investissement et de favoriser les échanges d’expériences entre les différents acteurs économiques. Du côté du Centre de développement des affaires et des entreprises de Sfax, Mme Makni a affirmé qu’il joue un rôle important dans la création des opportunités au profit des entreprises pour se développer, pour s’ouvrir à de nouveaux horizons en Tunisie et à l’international.

Et pour ce faire,  le centre a eu l’idée d’organiser ce salon en tant que carrefour annuel d’affaires, d’entrepreneuriat et de partenariat, a-t-elle précisé. Et d’ajouter que ce salon est composé de trois espaces d’exposition, de conférences et de partenariat. L’espace de l’exposition a été organisé autour de cinq villages d’accompagnement, de développement régional, de financement, de la franchise, et de développement d’entreprise.

Au programme du salon, des séminaires ont été, également, organisés sur «les mécanismes du développement de l’entreprise» et «la franchise», ainsi que des ateliers sur l’économie verte, l’entrepreneuriat social et le développement des compétences entrepreneuriales. Pour cette année, la responsable a fait savoir que le salon a été marqué par un nouvel espace de coaching, dans lequel des experts de renommée ont présenté, gratuitement, des conseils aux hommes d’affaires et aux jeunes entrepreneurs. Il s’agit d’un espace de rencontres entre les chefs d’entreprise et les jeunes entrepreneurs, favorisant des opportunités d’échanges et de partenariat, dit-elle.

Lors de sa participation au Salon de l’entreprise, Chakib Billili, franchisé et franchiseur auprès d’un réseau de centres de signalétique, nous a affirmé que l’objectif  de sa présence est de présenter son réseau et de cibler des investisseurs qui comptent collaborer avec lui, afin d’ouvrir, à leur propre compte, une franchise. Il n’a pas manqué de souligner que dans les pays développés, le commerce est en train de se développer à travers la franchise. Par contre, cette culture n’est pas encore enracinée en Tunisie.

Sachant que la Chambre de commerce et d’industrie joue un rôle important pour faire connaître le domaine de la franchise, qui peut être, selon M. Billili, une solution fiable aux problèmes d’emploi vu la facilité d’accès à l’employabilité.

A noter que le réseau de centres de signalétique est actif dans le domaine de la communication visuelle et compte 128 points de vente à travers le monde, dont deux en Tunisie (Tunis et Nabeul).

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here