Journal d’un Premier ministre : justice et impôts

Semaine du 7  juillet 2014

Je ne suis pas mécontent de la semaine qui vient de s’écouler. Un calme relatif règne assurément sur le front de la lutte antiterroriste. Certes,  les bombardements intensifs des unités de l’Armée nationale  sur le Mont Semmama au nord de Kasserine ont de quoi inquiéter, mais c’est devenu maintenant un rituel pour  harceler,  par de brefs survols,  les terroristes toujours bien planqués dans les  fourrés.   Même calme constaté sur le plan social. Le Ramadan, mois sacré et béni,  s’avère politiquement salutaire, offrant au gouvernement une véritable trêve sociale. D’ailleurs,l’augmentation du prix du  carburant à la veille de ce mois saint est passée comme une lettre à la poste. Je regrette même de ne pas en avoir mieux profité pour  glisser subrepticement d’autres hausses impopulaires. A ce propos, il y a eu, comme il fallait s’y attendre, les récriminations d’usage de certains partis politiques et des partenaires sociaux, principalement celles  de l’UGTT qui veut toujours le beurre et l’argent du beurre. Enfin,  rien de sérieux non plus  sur le front de l’inflation. De la bouche même du Gouverneur de la Banque centrale, la dette extérieure de la Tunisie et la hausse du taux d’inflation n’ont encore rien d’inquiétant, même s’il lui arrive d’affirmer le lendemain  tout le contraire. Mais passons. J’ai appris à ne voir que le  verre à moitié plein plutôt que le verre à moitié vide.

Au sujet des prix des denrées alimentaires, qui explosent au mois de Ramadan, j’ai dépêché la ministre du Commerce et de l’Artisanat pour évaluer l’état du marché et pour rappeler au public que le gouvernement veille par tous les moyens à préserver aussi bien la qualité que les quantités disponibles des produits. Cette tradition d’envoyer des ministres inaugurer des chantiers ou inspecter des marchés me paraît bien désuète. Elle a beaucoup servi par le passé à masquer des réalités bien moins roses. Personnellement, j’aurais bien aimé voir la ministre explorer plutôt les étalages sauvages qui poussent par centaines, n’acquittent aucune taxe  et font courir au public des risques sanitaires évidents. Cela étant dit,  elle demeure une collaboratrice consciencieuse  qui accomplit sérieusement sa mission au sein du gouvernement. D’ailleurs son papa, comme tous les parents qui s’inquiètent de l’avenir de leurs enfants, a déclaré, de manière opportuniste, qu’il me verrait bien président de la République !

Pour ma part, j’ai jugé utile, même si certains esprits chagrins qualifieraient  cela d’initiative populiste, d’aller incognito et en famille faire mes courses dans une grande surface. Les gens  présument qu’un Premier ministre avec son salaire, ses limousines, ses chauffeurs et son personnel domestique,  ne devrait manquer  de rien et disposerait en permanence à la fois du nécessaire et du superflu.  Pourtant, en Monsieur-Tout-le-Monde, j’ai tenu à faire mon marché, à circuler à travers les caddies débordants dans une ambiance de fin du monde  si  j’en juge par la frénésie d’achats que déclenche le mois de  Ramadan. Mes emplettes terminées j’ai tenu à attendre patiemment qu’arrive mon  tour  de payer mes achats à la caisse de ce magasin. Toutefois, j’aurais souhaité, qu’apprenant ma visite, la direction de cette grande surface fasse,  à titre exceptionnel et temporaire,  une remise de 10 ou de 20% sur tous les produits alimentaires proposés.  Un tel geste aurait permis d’atténuer les rancœurs et les frustrations des  consommateurs  de même qu’il aurait été perçu comme une reconnaissance, de la part du secteur de la grande distribution, pour les efforts déployés par la puissance publique en matière d’approvisionnement et de contrôle des prix.

Tout va bien alors ? Pas tellement,  si j’en juge par  les maladresses du ministre des Finances, qui  a toujours l’air de subir les événements,  et les bourdes  de celui de l’Economie,  un vrai porteur  de mauvaises nouvelles qui  récite du haut de sa suffisance une prose sonnante  mais bien trébuchante. Comme dans d’autres domaines, j’ai là aussi manqué de discernement dans le choix de certains membres du gouvernement. Pour ma part,  je m’en veux  d’avoir fait preuve d’un manque total de pédagogie.  Il fallait multiplier les occasions pour expliquer aux Tunisiens, de manière claire, la question des ressources de l’Etat et de ses dépenses ainsi que le poids de la  dette. Enseigner au public  que les impôts, c’est un prix à payer, celui du service public, et qu’on ne peut pas réclamer une politique de santé performante, un meilleur réseau routier, un système éducatif  adapté aux temps présents et financer les lourdes charges que constituent aujourd’hui la sécurité et la défense du territoire tout en se dérobant à son devoir fiscal. Il fallait expliquer aussi qu’une imposition trop forte est à la source de troubles, voire de soulèvements, mais que des ressources trop faibles empêchent le pays de prospérer.  Pourtant,  ce que le public, qui n’en peut plus,  retiendra de cette loi de finances complémentaire, ce n’est pas la gravité de la situation ni les mesures d’urgence qui vont avec, telles que l’augmentation du prix du tabac,  des cartes de recharge  ou des tickets Promosport,  mais une série de prélèvements aussi cocasses qu’absurdes : un impôt sur les lits (1 dinar de plus  par nuitée) et la taxe de 30 dinars sur les contrats de mariage. Dans la même logique, une taxe exceptionnelle sur les divorces dans un pays où un mariage sur deux se termine par une séparation, tout en étant bénéfique pour les finances publiques,  aurait  dissuadé les couples à conclure un mariage hâtif   qui se terminerait par un divorce.  Enfin, pourquoi pas un impôt sur le  bronzage,ou sur l’obésité, deux signes évidents  de bien-être ?

J’ai appris  au cours de mes lectures des choses très intéressantes sur ce sujet. Que  la question de  la fiscalité n’a jamais cessé de hanter les Etats depuis la nuit des temps, de l’Antiquité jusqu’au monde contemporain. Sous la République, les Romains payaient un impôt sur les terres et les biens pour couvrir les dépenses de guerre. Dans l’Occident médiéval, l’impôt seigneurial était prélevé sur les habitants du domaine comprenant la taille, payée par les villageois, le cens que le paysan payait tous les mois,  sans parler des fameux droits de banalités sur les moulins, les fours et les pressoirs que le seigneur a construits. Enfin, dans l’histoire des Etats se réclamant de l’Islam,   l’obsession des souverains était là aussi  de réaliser l’équilibre budgétaire. Sauf qu’entre les frais occasionnés par les guerres incessantes et le train de vie  dispendieux de la cour, califes et sultans ne manquaient pas de recourir à des taxes extra-légales qui accablaient  lourdement leurs sujets.

Aujourd’hui, le déficit budgétaire est devenu une constante des Etats, qu’ils soient  industrialisés ou sous-développés, les poussant à l’endettement mais aussi à concevoir des solutions qui ne sont  jamais populaires. La participation à la vie collective exige en effet, dans les bonnes démocraties, que l’impôt  soit non seulement une façon d’assurer la bonne marche des services publics, mais d’aider les autres avec son argent. Il est basé sur le principe de notre capacité à payer : plus d’argent on gagne, plus d’impôts nous payons. Mais la question lancinante qui ne cessera jamais de résonner dans le cœur des hommes et de hanter leur esprit restera toujours la même : où va tout cet argent ?

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here