Tunis : L’UGTT tient aux augmentations salariales

Houcine Abassi, secrétaire général de  l’Union générale tunisienne du travail (UGTT), a déclaré que l’UGTT ne renoncera pas à revendiquer des augmentations salariales pour l’année 2014,  hier  le 18  avril sur les ondes radiophonique de Shems fm.  Le secrétaire général de la centrale syndicale a rappelé, à cet effet, que l’Union a renoncé aux augmentations salariales en 2013 «  étant donné la conjoncture économique du pays ».

Le salaire minimum interprofessionnel garanti (SMIG) étant fixé à 277 dinars, ce qui incite à se poser la question si le pouvoir d’achat des fonctionnaires de l’Etat peut supporter la flambée des prix, s’interroge-t-il. Et de rappeler que pour les classes salariale  B,C,D la situation demeure très difficile.

Exposant les étapes qui seront suivies pour résoudre les problèmes relatifs aux salaires, il a indiqué que trois commissions ont été formées conjointement avec  l’UTICA. La première se chargera  de  résoudre le problème du salaire dans le secteur privé. La deuxième commission étudiera la problématique de la productivité au sein des entreprises afin d’inciter les intéressés à produire davantage. Quant à  la troisième  commission, elle  étudiera la stratégie adoptée par le gouvernement dans les prix afin qu’ils soient en adéquation avec les salaires. Houcine Abassi n’a pas manqué d’ajouter qu’il sera tenu compte des difficultés des entreprises .
Notons que les travaux des trois commissions prendront fin avant le 30 avril.

D’autre part, il a informé qu’il a été convenu avec le gouvernement de réviser le SMIG avant le 30 avril.  Houcine Abassi a affirmé dans le même contexte que le pays a besoin de «  mesures révolutionnaires » sur deux niveaux, à savoir une réforme qui lutte contre le phénomène de l’évasion fiscale et une autre réforme relative au régime de la Caisse de compensation : «  La classe moyenne et les classes défavorisées ne bénéficient pas de cette caisse », dit-t-il avant de rappeler que seulement 12% de la classe défavorisée et 20% de la classe moyenne bénéficient de la caisse de compensation.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here