La participation étrangère dans la capitalisation boursière pourrait passer à 50%

capitalisation boursière

Rencontré lors d’une conférence sur « Les politiques d’investissement et le positionnement des marchés arabes », Bilel Sahnoun, DG de la BVMT, a affirmé que l’impact  de l’entrée  en application, à partir du 1er avril prochain, de la loi relative à la révision des incitations fiscales sur le flux d’investissement et sur le marché financier  sera très important à plus d’un titre.

S’agissant de son impact sur les investissements étrangers, M.  Sahnoun a rappelé qu’aujourd’hui, la participation étrangère dans la capitalisation boursière est estimée à environ 26%. « Cette participation étrangère est bridée par un certain nombre de mesures restrictives avec notamment les autorisations préalables. Il y a aussi des secteurs qui sont soumis à des accords préalables et bien d’autres restrictions », a-t-affirmé.

Et d’ajouter que la loi d’investissement et les textes d’application  décidés hier par les députés de l’ARP vont libérer un certain nombre de secteurs qui seront épargnés des autorisations préalables, des cahiers des charges et d’autres limitations.

Bilel Sahnoun n’a pas manqué, dans ce contexte, de déclarer que le fait qu’un étranger puisse posséder la totalité d’une société sans être obligé de solliciter des autorisations  comme auparavant va encourager les investisseurs étrangers à s’intéresser au site Tunisie.

Pour le marché financier et surtout les sociétés cotées, Bilel Sahnoun a espéré que cette participation étrangère dans la capitalisation boursière de la Bourse de Tunis passe de 26 à 50% à l’instar d’autres marchés financiers arabes. Toutefois, il a souligné que « tout  dépendra des efforts de toutes les parties prenantes à commencer par la Bourse. On doit promouvoir cette  nouvelle loi. Les autorités doivent faire du marketing pour le pays. Les professionnels et les acteurs aussi  doivent en parler davantage et à haute voix partout. Pour les investisseurs locaux privés, les mêmes textes s’appliquent (incitations et subventions…) à tous,  abstraction faite de la nationalité de l’investisseur ».

Par

Publié le 02/02/2017 à 15:07

L'Economiste Maghrébin & L'Economiste Maghrébin by L'Economiste Maghrébin