États-Unis : le risque de récession passe à 65 %

États-Unis

Les économistes s’attendent à une inflation américaine plus élevée qu’en octobre et la maintiennent à l’année prochaine. Augmentant les chances d’une récession aux États-Unis dans un contexte de hausse des coûts d’emprunt, selon Bloomberg.

Pour 2023, les prévisions de l’indice des prix des dépenses de consommation personnelle (PCE), la mesure d’inflation préférée de la Fed, ont été revues à la hausse tous les trimestres. Toutefois, les pressions sur les prix devraient fortement s’atténuer cette année. Au cours des trois prochains mois, l’indice des prix PCE aux États-Unis augmentera en moyenne de 2,8 % en raison de la faiblesse de l’activité économique et de la hausse des taux d’intérêt.

A cet égard, notons que ces chiffres sont basés sur la prévision médiane de 65 économistes dans une enquête de Bloomberg News menée du 4 au 11 novembre. Les données d’environ la moitié des répondants ont été recueillies avant la publication le 10 novembre de l’indice des prix à la consommation (IPC). L’inflation a ainsi augmenté à un rythme plus lent que prévu en octobre, selon l’indice.

Persistance de l’inflation

Les prévisionnistes ont également relevé leurs prévisions trimestrielles pour le PCE de base et l’IPC de base, qui excluent les coûts alimentaires et énergétiques. Pendant ce temps, la probabilité d’une récession l’année prochaine a continué d’augmenter, passant à 65 %, contre 60 % en octobre.

Les estimations de PCE pour le quatrième trimestre de 2023 ont été mitigées. Barclays, par exemple, prévoyait une augmentation moyenne de 2 % dans la dernière enquête, tandis que Deutsche Bank prévoyait 3,6 %.

Les répondants s’attendent également à ce que la Fed atteigne une fourchette cible de taux plus élevée de 4,75 à 5 % au premier trimestre de 2023 et attendre plus longtemps avant de réduire les taux. Ils prévoient maintenant que la Fed commence à réduire ses taux au cours des trois derniers mois de l’année prochaine.

L’ampleur et la persistance de l’inflation se sont avérées supérieures à ce que beaucoup de Wall Street (ou de la Fed) attendaient. Les dépenses de consommation, soutenues par un marché du travail vigoureux et des salaires en hausse, ont largement résisté à la hausse des prix la plus rapide depuis une génération.

Mais de nombreux économistes s’attendent à une inflation élevée et à une réponse politique agressive de la Réserve fédérale qui feront basculer l’économie dans la récession l’année prochaine.

Prévisions économiques déjà pessimistes

Le président de la Réserve fédérale, Jerome Powell, a déclaré plus tôt ce mois-ci que les taux d’intérêt étaient susceptibles d’être plus élevés que ce que les décideurs avaient prévu auparavant. Mais que de petites hausses étaient probablement imminentes. La banque centrale devrait relever son taux directeur de 50 points de base lors de sa réunion de décembre.

Par ailleurs, les économistes ont revu à la baisse leurs prévisions économiques déjà pessimistes pour le premier semestre de l’année prochaine. Le produit intérieur brut devrait être stable au cours des deux trimestres, avant de renouer avec une croissance timide d’ici la fin de l’année prochaine, dans un contexte de ralentissement des dépenses de consommation.

Article précédentAlgérie : l’inflation a atteint des niveaux record en octobre
Article suivantAu secours, Donald Trump est de retour !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here