L’icône du oud Nasser Shamma retrouve son public tunisien tant attendu

Nasser Shamma

L’artiste irakien et star mondiale du oud, Naseer Shamma, a choisi le festival international de Carthage dans sa 56ème édition pour se produire sur scène. Et ce, après une longue absence de plus de vingt ans en Tunisie.

Une soirée mémorable où Nasser Shama était en symbiose avec le public et vice-versa. D’ailleurs, il a déclaré entre deux chansons: “Il y a de profondes émotions avec le public. Le public tunisien est connaisseur de musique. Il apprécie les bonnes choses.”

Ainsi, Naseer Shamma a séduit son public, en jouant quelques morceaux de la musique irakienne.

Par ailleurs, tout l’orchestre qui l’accompagnait pour cette soirée au Festival international de Carthage se compose de différentes nationalités. En effet, on y retrouve des: Pakistanais, Tunisien, Turc, Espagnol, Américain, etc.

Cela dit, la soirée du mardi 10 août fut riche en messages. Puisque Nasser Shamma a voulu répandre l’espoir et la paix.

Bien avant d’être une star planétaire, Nasser Shama s’exile en 1993. Après un séjour dans les prisons irakiennes du temps de Saddam Hussein, pour avoir été un militant politique. Et ce n’est qu’en 2012, qu’il est de retour pour la première fois en Irak. Désormais, il habite à Berlin. Sans oublier qu’il a vécu au Caire et a fondé des Maisons du luth arabe dans tout le Moyen-Orient.

De quoi s’attirer une solide communauté d’amateurs de oud. Mais  aussi de se rendre compte d’une chose: la paix est la clé d’un avenir meilleur…

Autrement dit, “recommencer une nouvelle vie avec une nouvelle mémoire et une nouvelle vision pour l’avenir”, a déclaré Nasser Shamma.

Sur ces notes positives, le public a interagi avec la musique de Nasser Shama. Et ce, en chantant l’une des chansons de la Diva égyptienne Oum Kalthoum “Alf Lilla w lilla”. Et, cerise sur le gâteau, Nasser Shamma a joué trois chansons tunisiennes. Notamment celle qu’il a créée au nom de Carthage, en se référant à l’histoire de Carthage. Puis il interprétait “Lamouni elli gharou menni” vers la fin.

Il faut dire que le public était aux anges. En un mot une soirée mémorable.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here