Fin de la fête à Davos : Fin de la “mondialisation” ?

Davos 2019 L-Economiste-Maghrébin

Les dirigeants mondiaux, les financiers et les chefs d’entreprise ont déclaré qu’ils quittaient le Forum économique mondial de cette semaine avec le sentiment urgent de la nécessité de redémarrer et de redéfinir la “mondialisation”.

Le cadre des marchés ouverts qui a façonné les trois dernières décennies de commerce et de géopolitique semble de plus en plus bancal alors que les querelles commerciales attisent le nationalisme économique, une pandémie expose la fragilité des réseaux d’approvisionnement mondiaux et une guerre en Europe pourrait remodeler le paysage géopolitique. L’inquiétude suscitée par les signes de cet effondrement était palpable lors du redémarrage cette semaine du WEF, un rassemblement annuel des biens nantis du monde, dont la plupart ont défendu la mondialisation.

La directrice générale du Fonds monétaire international, Kristalina Georgieva, a résumé l’ambiance de l’événement. Elle a déclaré qu’elle craignait moins le risque d’une récession mondiale que “le risque que nous entrions dans un monde plus fragmenté, avec des blocs commerciaux et des blocs monétaires, séparant ce qui était jusqu’à présent encore une économie mondiale intégrée”. “La tendance à la fragmentation est forte”, a-t-elle ajouté.

Les dirigeants d’entreprises de Davos étaient parmi les plus bruyants à dénoncer les signes d’un monde revenant à des blocs définis par l’alliance politique plutôt que par la coopération économique.

Le PDG de Volkswagen, Herbert Diess, s’est dit préoccupé par les discussions sur la construction d’un nouveau bloc alors que le constructeur automobile allemand accélère sa production aux États-Unis. “L’Europe et l’Allemagne dépendent de marchés ouverts. Nous essaierons toujours de garder le monde ouvert”, a-t-il déclaré lors d’un briefing en marge du sommet.

Les responsables se sont accrochés à de nouveaux euphémismes pour décrire un nouveau style de mondialisation, le “multilatéralisme” étant un favori parmi les mots à la mode, notamment “reshoring”, “friendshoring”, “autosuffisance” et “résilience”.

“Le multilatéralisme, ça marche !” a déclaré le chancelier allemand Olaf Scholz : “C’est aussi une condition préalable à l’arrêt de la démondialisation que nous vivons”.

Fin de la mondialisation ?

Tous ne sont pas mécontents de la façon dont la mondialisation s’est effilochée. Et ce  depuis la dernière fois de la réunion des responsables et des dirigeants en janvier 2020, juste avant le décollage de la pandémie de coronavirus.

“Le Brésil n’est pas en phase avec le reste du monde”, a déclaré le ministre brésilien de l’Economie, Paulo Guedes. “Nous sommes restés en dehors de la fête. Il y a eu une fête de 30 ans de mondialisation. Tout le monde en a profité. Tout le monde a intégré la chaîne de valeur. Nous avons été maudits parce que nous étions hors de cette chose. Maintenant, il y a eu la bénédiction.”

Davos: Le commerce mondial

Le commerce mondial s’est accéléré à partir des années 1990 lorsque les gouvernements ont conclu des pactes régionaux qui ont abaissé les tarifs, puis lorsque la Chine est devenue le principal producteur de biens à bas prix.

Ensemble, ils ont permis l’adoption généralisée de réseaux d’approvisionnement juste à temps qui ont contribué à accélérer la livraison des marchandises et à réduire les coûts, contribuant ainsi à l’environnement de faible inflation qui prévalait dans les années précédant la pandémie.

Cela a également alimenté une perte d’emplois manufacturiers dans les économies développées comme les États-Unis et l’Europe, une tendance que Guedes a ridiculisée comme un “arbitrage mondial du travail” qu’il voit toucher à sa fin.

Même avant que COVID-19 ne bouleverse ces réseaux d’approvisionnement, le système avait été critiqué par des politiques nationalistes économiques comme celles défendues sous l’ancien président américain Donald Trump. La guerre en Ukraine n’a fait qu’attiser les rumeurs d’effondrement.

Pourtant, malgré tous les bavardages sur la «démondialisation», il y a peu de preuves jusqu’à présent que des pays se distancient les uns des autres par le commerce, à l’exception notable de la Russie après une multitude de sanctions et de restrictions commerciales.

Davos: CPB a diminué de 0.2% en mars

Un indice mondial des volumes du commerce mondial du Bureau néerlandais d’analyse de la politique économique du CPB a diminué de 0,2 % en mars, mais n’a baissé que de 1 % par rapport à son record de décembre. Il reste 2,5 % supérieur à celui d’un an plus tôt et 11 % supérieur à son niveau d’avant la pandémie.

Pourtant, cela pourrait émerger dans un proche avenir alors que les entreprises déplacent une partie de la production plus près des marchés cibles pour se prémunir contre la dépendance à une source unique dans leur chaîne d’approvisionnement.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here