Haykel Mekki : l’ancien système politique a commis des crimes contre le peuple

Haykel Mekki

Le dirigeant du Mouvement Echâab, Haykel Mekki, a déclaré, aujourd’hui, que la Tunisie a grand besoin de réformes, mais qui ne sont pas faciles. En affirmant que le parti soutient le président Kaïs Saïed dans son projet national.

Dans une déclaration radiophonique, Haykel Mekki a estimé que le 25 juillet est la date d’une nouvelle histoire. Et cela, car les Tunisiens ont manifesté contre l’ancien système et le mouvement Ennahdha.

« Nous allons protéger le processus du 25 juillet. Nous sommes d’accord avec le président sur les grands axes », a-t-il souligné

En outre, il a indiqué que la situation actuelle « des ravages » est le fruit d’un système politique de 10 ans. « Pendant les dix dernières années, les partis du système politique ont commis des crimes contre le peuple. Il faut faire pression sur eux », a ajouté Mekki.

Selon lui, la Tunisie a grand besoin, actuellement, de réformes économiques pour constituer l’Etat du peuple et permettre au citoyen de vivre dignement. En précisant que les réformes sociales sont basées sur une économie créatrice de richesse.

Par ailleurs, il a affirmé ne pas être contre le système politique présidentiel. « Un système présidentiel ou parlementaire ne constitue pas un problème. L’essentiel, c’est le consensus », a-t-il dit.

Il a également appelé à un dialogue national « vrai et réel », et non pas un dialogue formel pour partager les postes du pouvoir, « tout comme le mouvement Ennahdha l’a fait ».

La dissolution du CSM n’est pas la seule solution

« Nous sommes les premiers à appeler à la libération de la justice du pouvoir du Conseil supérieur de la magistrature », a indiqué Haykel Mekki. En considérant qu’elle est une étape importante.

Il a critiqué, dans le même cadre, la situation « catastrophique » des tribunaux en Tunisie. Mekki a également appelé à améliorer les salaires des juges et les conditions dans lesquelles ils travaillent pour garantir leur indépendance. « Le changement de la composition du CSM n’est pas la seule solution. Il faut d’autres réformes », a déclaré le dirigeant du Mouvement Echâab.

Moment inadéquat pour la construction de la structure démocratique par la base

Le député gelé a exprimé son refus du projet de Kaïs Saïed lié à la construction de la structure démocratique par la base. Il a considéré que le moment est inadéquat car les Tunisiens ont manifesté le 25 juillet pour des revendications sociales et d’autres.

Concernant la consultation électronique, il a précisé que le parti ne va pas appeler les citoyens à y participer. Car «on n’a pas reçu de réponses claires à propos de l’instance qui va l’analyser », a-t-il indiqué.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here