L’UTAP critique la non-annulation des dettes des petits et moyens agriculteurs

utap - l'économiste maghrebin

L’Union tunisienne de l’agriculture et de la pêche (UTAP) a émis, mercredi, des réserves quant à la non-annulation, dans le cadre de la loi de finances 2022, des dettes des petits et moyens agriculteurs, “mesure nécessaire pour leur permettre d’accéder de nouveau au financement, notamment en l’absence de soutien financier au secteur de l’agriculture et de la pêche”.

Lors de sa réunion périodique tenue les 28 et 29 décembre 2021, l’UTAP a, toutefois, exprimé sa satisfaction quant à certaines dispositions de la LF 2022, notamment celles relatives au financement bancaire de l’investissement agricole, la prolongation des délais relatifs aux avantages financiers et fiscaux, la création d’une ligne de financement des entreprises de l’économie sociale et solidaire du secteur de l’agriculture et de la pêche.

Le bureau central de l’union a également soulevé la nécessité d’accélérer la tenue de la Commission 5+5 (gouvernement-UTAP) pour signer des pactes de partenariat dans les secteurs des céréales, des volailles, de la pêche et activer le mécanisme de dynamique des prix.

Mettant en garde contre les répercussions d’un abandon des grandes cultures, l’UTAP a exhorté l’autorité de tutelle à garantir la disponibilité des intrants nécessaires, notamment l’ammonitrate, en quantités suffisantes.

Elle a aussi fait porter aux autorités la responsabilité de la situation difficile des filières animales, appelant à la nécessité d’intervenir d’urgence pour subventionner les aliments pour bétail, afin de faire baisser les coûts de production et réviser les prix des œufs, des volailles et du lait pour garantir aux producteurs une marge bénéficiaire convenable.

L’UTAP a, en outre, exhorté les autorités à tenir leurs promesses en ce qui concerne l’utilisation des terminaux de surveillance satellitaire des navires de pêche, à réviser les coûts d’exploitation de ces terminaux, à renforcer la lutte contre la pêche anarchique et à instaurer un système de couverture sociale qui prend en considération les spécificités de l‘activité agricole et de pêche.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here