L’OIT et KOICA lancent un nouveau projet de coopération au développement  

OIT

L’Agence coréenne de coopération internationale (KOICA)-Bureau de la Tunisie et l’Organisation internationale du travail (OIT)-Bureau pour l’Algérie, la Libye, le Maroc, la Mauritanie et la Tunisie ont signé une convention pour l’implémentation du projet de coopération « Renforcer l’impact des politiques de l’emploi et soutenir la création d’emplois basés sur les TIC pour les jeunes et les femmes en Tunisie ».

Ce projet  s’étend sur quatre années (du 1er décembre 2021 au 30 novembre 2025). Il bénéficie du financement de la KOICA. L’OIT le met en œuvre. Il s’agit d’une continuité du projet EDJEF mis en œuvre par l’OIT. Ce projet vise à promouvoir le travail décent pour les jeunes et les femmes en Tunisie. Le nouveau projet de coopération s’inscrit pleinement dans le contexte tunisien. Notamment :
– Le contrat social (2013) ;
– La Déclaration de Tunis pour l’emploi (2016) ;
– Le contexte international, à savoir les Objectifs de développement durable ;
– Et le nouveau cadre de coopération des Nations unies 2020-2025.

 

Le projet vise à obtenir des changements visibles dans les résultats sur le marché du travail pour les jeunes et les femmes. Et ce, à moyen et à court terme, à travers :

  1. Le développement des compétences professionnelles et interpersonnelles des demandeurs d’emploi tunisiens. Et ce, grâce à une combinaison d’évaluations personnalisées, de compétences générales et de formations techniques ;
  2. L’identification des secteurs clés des TIC à fort potentiel de création d’emplois et de développement économique, et qui sont confrontés à des contraintes de croissance en raison de la rareté des compétences requises (tant quantitatives que qualitatives) ;
  3. L’orientation des demandeurs d’emploi vers les secteurs clés des TIC en identifiant les profils adaptés à ces secteurs et en leur offrant des formations complémentaires et de reconversion ;
  4. L’apport d’un soutien aux autorités locales et aux partenaires sociaux et l’adoption d’une approche décentralisée de la promotion de l’emploi ;
  5. Le renforcement des capacités des institutions impliquées dans l’élaboration des politiques d’emploi. Et ce, pour la mise en œuvre efficace de ces politiques aux niveaux national et local.

Les déficits d’emploi restent la principale menace à la paix sociale

Depuis 2011, la transition politique et économique en Tunisie a montré que les déficits d’emploi restent la principale menace à la paix sociale. Et à un développement équitable. La complexité de la situation de l’emploi en Tunisie, marquée par des déficits à la fois quantitatifs et qualitatifs, nécessite de passer d’une focalisation sur des politiques actives axées sur le passage initial de l’école au travail des jeunes diplômés, vers une stratégie d’emploi multidimensionnelle et transversale, visant à répondre à l’éventail complet des déficits d’emploi et tous les groupes vulnérables.

L’expérience passée en Tunisie a également montré que ce qui est bon pour la croissance n’est pas automatiquement bon pour l’emploi. Et que des interventions dispersées et des programmes multiples n’ont pas conduit à des résultats durables.

C’est donc pour répondre à ces problématiques que la KOICA et l’agence onusienne OIT s’unissent au sein du projet « Strengthening the Impact of employmentpolicies and supporting ICT-based job creation for youth and women in Tunisia » ou « Renforcer l’impact des politiques de l’emploi et soutenir la création d’emplois basés sur les TIC pour les jeunes et les femmes en Tunisie ». La signature de la convention précisant le cadre d’implémentation s’est déroulée le 1er décembre en présence de la directrice, Rania Bikhazi, du Bureau de l’OIT pour l’Algérie, la Libye, le Maroc, la Mauritanie et la Tunisie, et M. Kim Hanvit, directeur Pays par intérim de la KOICA en Tunisie.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here