Le Parlement européen appelle à surmonter la crise socio-économique

Parlement Europeen prêt L'Economiste Maghrébin

Le Parlement européen a dressé un état des lieux de la situation en Tunisie. Tout en insistant sur la mise en place des mesures visant à garantir l’égalité des droits entre les femmes et les hommes dans tous les domaines. A l’instar des lois défavorables aux femmes en matière de droits de succession, de droits de garde des enfants, de droits accordés au chef de famille, de droit au congé parental et de droits du travail; en particulier pour les travailleuses domestiques et agricoles.

En outre, le Parlement européen a appelé les autorités tunisiennes à respecter la Constitution et à veiller au respect des droits fondamentaux de tous les citoyens. Et ce, en  rappelant le caractère inaliénable et la primauté inconditionnelle des droits de l’Homme et des droits fondamentaux. Ce qui sous entend le rétablissement de la Constitution en tant que source suprême de droit. Et par dessus tout, le Parlement  invite la Tunisie à abolir totalement la peine de mort.

Par ailleurs, il est passé en revue les cas d’assignations à résidence. En effet, il juge “très problématiques les procès de civils devant des cours martiales”. Ainsi il demande le rétablissement d’un appareil judiciaire indépendant.

Tout comme il souligne  la nécessité de garantir l’équilibre et la séparation des pouvoirs dans une démocratie. Et ce, via le respect de la Constitution.

Cependant, le volet économique n’est pas en reste. A cet égard, il souligne qu’il est urgent de surmonter la crise socio-économique que connaît le pays au moyen de réformes et de politiques structurelles. D’où l’urgence de  surmonter la crise financière et économique. Et à avancer sur le chemin de la consolidation démocratique. La Commission et le Service européen pour l’action extérieure (SEAE) prie donc d’intensifier leur dialogue avec les autorités, la société civile et les acteurs économiques tunisiens.

En somme, le Parlement européen rappelle que des institutions stables et fonctionnelles sont indispensables pour mener les réformes structurelles nécessaires à l’obtention d’un prêt de sauvetage du FMI.

 

 

Article précédentSignature d’une convention entre la Fédération nationale du numérique et l’AICTO
Article suivantCMF : feu vert pour la BNA à détenir jusqu’à 50,5% dans le capital de AMI Assurances
Nadia Dejoui
Nadia Dejoui, travaille depuis plus de 3 ans comme journaliste politique à l’Economiste maghrébin. Diplômée de l’ESJ-Paris-Tunis ( 2012), elle a acquis de l'expérience comme journaliste free-lance pour plusieurs sites d'actualité comme Webdo , Tunisie Numérique, Direct info et Mena-Post. Elle est passionnée par l’écriture créative et la gastronomie.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here