Sahbi Ben Fraj pointe du doigt le retard pris dans la vaccination

Sahbi Ben Fraj

Aujourd’hui, la grande question est de savoir si nous avons les moyens de stopper la propagation du Covid-19 notamment après l’apparition du variant indien Delta qualifié de “dangereux et préoccupant”.

Sahbi Ben Fraj, cardiologue, nous dresse un état des lieux de la situation épidémiologique, en proposant une solution de confinement localisé, là où des régions connaissent un taux assez important de contamination.

Il estime que la situation est très critique. “Et ce en raison de la hausse du nombre de décès. D’ailleurs, la Tunisie se trouve en 3ème position à l’échelle mondiale en termes de taux de mortalité par habitant !”, poursuit-il. 

Avant d’ajouter: “Nous sommes en train de payer le prix de l’incompétence et de la mauvaise gestion. Et à mon sens, la solution la plus plausible reste de décréter un confinement localisé. D’autant plus qu’un confinement général serait impossible à réaliser encore moins à supporter étant donné la situation économique difficile. Plus encore, il aurait mieux valu ramener les vaccins à temps et vacciner en masse plus des deux tiers de la population.”

Et de conclure: “Si nous voulons sauver ce qui reste de cette année, il faut faire vacciner trois millions de personnes en un mois et demi”. 

Pour Sahbi Ben Fraj, “certaines images sont choquantes, en voyant des gens ne pas porter de masque, ne pas respecter la distanciation. Il faut rappeler que les Tunisiens, tout comme les autres peuples, ont subi la crise sanitaire il y a plus d’un an. Le respect des mesures sanitaires devrait faire partie de leurs habitudes. Or nous constatons un relâchement par rapport au début de la crise sanitaire.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here