Ministère de la Santé : les médecins n’auraient plus le droit de s’exprimer ?

Santé

Les photos d’une note interne émanant du ministère de la Santé publique circulent depuis dimanche 18 avril 2021 sur les réseaux sociaux.

La note s’intitule: « Sur la manière dont les cadres du ministère de la Santé et ses agents interagissent avec les médias et les réseaux sociaux ». D’après ce document, le ministère de la Santé limite les personnes ayant le droit de s’exprimer dans les médias; ainsi que sur les réseaux sociaux.

Ainsi, le ministère de la Santé a présenté une liste exhaustive des personnes habilitées à interagir avec les médias, en plus des sites de médias sociaux.

La liste

Pour ce qui est de la situation pandémique et les mesures préventives, la note autorise les personnes suivantes:

  • La directrice de l’Observatoire National des Maladies Nouvelles et Émergentes, Nissaf Ben Alaya;
  • Les membres du comité scientifique de lutte contre la propagation du Coronavirus.

Concernant la campagne nationale de vaccination, les personnes habilitées par le ministère sont:

  • Le directeur général de l’Institut Pasteur, Hechmi Louzir;
  • La directrice des soins de santé de base, Ahlem Gzara;
  • Riadh Daghfous, Directeur Général du Centre National de Pharmacovigilance;
  • Inès Ayadi: Chargée de mission auprès du ministre.

Les médias souhaitant recueillir des informations concernant la situation pandémique dans les régions, doivent, désormais, contacter uniquement les directeurs régionaux de la santé.

En matière de mesures préventives régionales, le premier responsable de l’administration ou de l’autorité régionale en charge des mesures préventives est le seul habilité à s’exprimer.

Pour ce qui est de la situation sanitaire des établissements hospitaliers, la note limite les personnes habilitées aux directeurs généraux de ces institutions. La note mentionne la condition de se limiter à leurs prérogatives.

Enfin, la note limite aussi la liste des personnes habilitées à s’exprimer concernant la situation des services hospitaliers. Elle attribue cette compétence aux chefs de services. La note mentionne également la condition de se limiter à leurs prérogatives à ce sujet.

Autorisation et sanction

Par ailleurs, le même document met en place l’obligation de demander une autorisation auprès du ministre de la Santé pour toute personne non citée dans le tableau. « Quiconque enfreint ces procédures commet une infraction » ajoute-t-il. Ainsi, le ministère prononcera des sanctions « disciplinaires et pénales si nécessaire ».

A noter que le document circulant sur les réseaux sociaux est signé par le ministre de la Santé, Faouzi Mehdi.

Santé

Santé

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here