Le Prix « Néjiba Hamrouni pour la déontologie de la presse » est accordé à « Nawaat »

Néjiba Hamrouni

Qui dit déontologie dit éthique du métier de journaliste. Or qui dit  journalisme dit à la fois un corps de métier et une profession. Il est clair que le monde d’aujourd’hui est beaucoup plus complexe où l’information n’est plus une denrée rare. D’ailleurs, le rôle du journaliste est plus important que jamais.

Le prix Maghrébin « Néjiba Hamrouni pour la déontologie de la presse » est accordé au journalisme citoyen « Nawaat ».

Et c’est l’Association Vigilance pour la démocratie et l’Etat Civique vient de décerner le prix Maghrébin.

Ce prix rend hommage à Néjiba Hamrouni  l’ancienne présidente du Syndicat national des journalistes tunisiens. Pour ceux et celles qui l’ont connu de près ou de loin, Nejiba Hamrouni n’a cessé de lutter, durant son parcours professionnel et militant, pour le respect de la déontologie de la presse. En outre, pour les personnes qui l’ont connu, Néjiba Hamrouni représente le  symbole de valeur  de la liberté d’expression et de la liberté de la presse un symbole de la femme tunisienne libre indépendante déterminée. Sa phrase « je respire liberté  » ce n’est pas un hasard qu’elle a choisi  car ça coulait dans son sang.

Des personnalités relevant du champ académique, de la culture, des médias et des droits de l’Homme ont pris part à l’opération de vote.

Le résultat du dépouillement des votes a consacré Nawaat en tant que récipiendaire du prix Néjiba-Hamrouni pour l’année 2020.

L’association Vigilance encourage les personnalités à tenir compte de la charte de déontologie des journalistes tunisiens. Et la Charte mondiale d’éthique des journalistes  doit être respecté. La Charte repose sur des textes majeurs du droit international, notamment la Déclaration universelle des droits de l’homme. Elle contient un Préambule et 16 articles et précise les droits et les devoirs des journalistes en termes d’éthique.

La liberté d’expression ne doit en aucun être une entrave à liberté de la presse. Et comme le mention l’Article 19 de la Déclaration universelle des droits de l’homme, qui stipule : »Tout individu a droit à la liberté d’opinion et d’expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d’expression que ce soit ».

 

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here