La Conect rejette l’accord conclu entre l’UTICA et l’UGTT

Conect L'Economiste Maghrébin

La Confédération des Entreprises Citoyennes de Tunisie (CONECT) a rejeté l’accord signé mardi 14 avril, entre le ministre des Affaires sociales, le secrétaire général de l’UGTT et le président de l’UTICA. Cet accord prévoit le versement des salaires du mois d’avril pour les salariés du secteur privé. L’Etat va verser une aide exceptionnelle occasionnelle de 200 dinars. Le reste de la rémunération sera pris en charge par l’entreprise.

La Conect a exprimé son « profond regret », quant au principe, du fait que cet accord ait été signé sans concertation suffisante avec les différentes organisations représentatives des employeurs. Cela marque, selon l’organisation, « la persistance du ministère des Affaires sociales à perpétuer son atteinte à la justice de représentation des entreprises ».

La confédération a souligné qu’elle rejette catégoriquement cet accord. Selon la Conect, cet accord, en la forme, n’obéit pas aux conditions légales, réglementaires et conventionnelles présidant à l’adoption de normes de travail contraignantes pour les entreprises.

Sauvegarde l’économie, les entreprises et l’emploi

L’organisation patronale a salué, quant au principe, la mesure arrêtée par le Chef du gouvernement. Et ce dans le cadre des mesures économiques et sociales d’accompagnement arrêtées en vue d’atténuer les conséquences sociales des mesures sanitaires décrétées, relative à l’allocation budgétaire de 300 MD. Celle-ci est consacrée à l’indemnisation au titre du « chômage technique ». « Mesure rendue, toutefois, tout à fait insuffisante à l’effet de surmonter les difficultés relatives au sort des contrats de travail des salariés ainsi affectés ». Souligne la Conect.

La confédération a, en outre, tenu à rappeler que la majorité du tissu économique tunisien est formé de PME et TPE. Il emploie plus de deux millions de personnes. Et d’ajouter que la plupart de ces entreprises sont à l’arrêt. Et ce depuis le 20 mars 2020, soit depuis 26 jours compte tenu du confinement. Ces entreprises ne disposent pas, de ce fait, de capacités financières suffisantes pour supporter les frais fixes tels que loyer, charges sociales et fiscales ainsi que les salaires.

La Conect a souligné l’engagement citoyen des entreprises « qui, malgré les difficultés de trésorerie, ont honoré la paie du mois de mars. Et ce sans opérer aucune retenue sur les salaires. La confédération a renouvelé son engagement de solidarité, de patriotisme et à faire bloc derrière le gouvernement pour faire barrage à l’épidémie de Covid-19. Et assurer la sauvegarde de l’économie, des entreprises et de l’emploi.

Engager un dialogue sérieux

L’organisation a, en outre, exhorté le gouvernement à engager un dialogue sérieux et ouvert à toutes les parties prenantes. Et ce sur les meilleurs moyens à même de prévenir les licenciements et la crise des salaires et de réaliser, ainsi, tout ce qui socialement souhaitable. Etant rappelé que les mesures prises ne peuvent, en même temps, garantir durablement que ce qui est économiquement possible.

Parmi les recommandations présentées par la Conect, on note son appel à suspendre d’urgence l’accord signé hier mardi 14 avril concernant le versement des salaires du mois d’avril pour les salariés du secteur privé, selon la formule indiquée ci-dessus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here