Elyes Fakhfakh: « Le gouvernement est sur tous les fronts »

Elyes Fakhfakh

Au programme: faire face au Coronavirus. Elyes Fakhfakh, le chef du gouvernement  a accordé, une interview dans la soirée du jeudi 2 avril 2020 à la télé nationale et à El Hiwar Ettounsi portant essentiellement sur la situation sanitaire en Tunisie.  

Elyes Fakhfakh souligne que le monde entier se trouve dans une situation inédite. Il précise dans ce contexte: «  Je pense que les mesures anticipatives commencent à  porter leurs fruits. D’ailleurs, le confinement total commence à avoir des résultats, même s’il n’est pas totalement respecté. L’auto-isolement est respecté aujourd’hui on est arrivé à 3 000 alors que nous étions à 18000. Nous avons un conseil scientifique qui comprend 15 éminents professeurs dans la spécialité de renom. Ils rapportent que nous sommes sur la bonne voie ». 

En outre, sur la question du respect du confinement, il souligne:  » Je comprends que certains Tunisiens n’en peuvent plus du confinement si on considère que les aides sociales tardent à venir. Cela dit, l’Etat fait de son mieux tout en déployant tous les efforts pour soutenir les Tunisiens durant cette période. Les sacrifices doivent se multiplier ».

Evoquant les mesures prises pour lutter contre le Covid, il estime qu’ il y a un grand travail qui se fait, tout en ajoutant que la situation est sous contrôle. Pour ce fait, il y a trois établissements et 100 lits de réanimation dédiés et  environ 700 lits équipés en oxygène. 

 Les tests de dépistage

Elyes Fakhfakh salue l’innovation,  le génie tunisien, la numérisation et la traçabilité pour freiner la propagation du Covid. A cet effet, il souligne qu’en tout, 400 000 tests massifs seront opérationnels dans peu de temps, le 10 avril. D’ailleurs, notre objectif est celui d’œuvrer à l’aplatissement de la courbe.

Il ajoute: »Ces tests ne seront pas destinés au grand public, mais ils seront sous la supervision du ministère de la Santé ».

Par ailleurs, le chef du gouvernement revient sur le rapatriement des Tunisiens bloqués à l’étranger. Il précise dans ce contexte: « Les opérations de rapatriement se poursuivent.  1025 tunisiens rapatriés seront en isolement obligatoire. Et près de 2200 Tunisiens bloqués à l’étranger seront de même rapatriés. Et nous avons mis en place 10 000 chambres pour les mettre en auto-isolement ».

Les aides sociales

Quant à question de  la mise en place des aides sociales qui  a tardé, il a répondu: » Nous avons numérisé toutes les données en l’espace de deux jours. Tout comme nous avons  créé  une plateforme afin de mettre en place tout un système de numérisation. »

En outre, des nouvelles mesures sociales seront mises en place notamment pour les 130 000 retraités qui touchent une pension de moins de 180 dinars, ils auront chacun 100 dinars supplémentaires.

Autre élément important, pour les personnes n’ayant pas  de couverture sociale, elles pourront remplir un formulaire auprès du Omda. De ce fait, ils bénéficieront d’une aide  200 dinars accordée par l’Etat.

Quant aux personnes qui se trouvent en  chômage technique, une autre enveloppe complémentaire sera consacrée d’une valeur de 100 MD outre les 300 millions dinars déjà annoncés .

Sur un autre volet, celui du report de paiement des échéances des crédits pour les particuliers  dont les revenus mensuels inférieur à 1000 dinars.  Il précise « ces reports n’entraîneront  aucun frais ou intérêt supplémentaire, ce sera un report d’échéance de trois mois ».

Elyes Fakhfakh: la Tunisie est en état de guerre

Il ajoute:  » Le gouvernement est sur tous les fronts. Aujourd’hui, notre priorité est le capital humain qu’il faut préserver. En revanche,  nous appelons les citoyens à faire preuve de patience et à respecter les mesures de confinement. Je sais que c’est dur mais ayons la patience et la solidarité, nous gagnerons à surmonter cette épreuve ».

En somme,  le chef du gouvernement conclut que  la Tunisie est en état de guerre contre le  Covid-19.  D’où la nécessité de  mobiliser de toutes les ressources nécessaires à l’échelle internationale et nationale. «  Nous avons besoin de la mobilisation de tous secteur privé compris ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here