La caravane nationale Tunisian Smart Cities est de retour

collectivités locales

La première édition de la Caravane nationale « Tunisian Smart Cities » connaissait en 2019 un franc succès. Elle était marquée par deux tournées réussies dans les 24 gouvernorats de la Tunisie. Elles touchaient une trentaine de communes.

Alors, la deuxième édition de la Caravane nationale « Tunisian Smart Cities » est de retour pour cette année 2020. Objectif: démystifier la démarche de ville intelligente. Et en diffuser les bonnes pratiques auprès des acteurs socio-économiques.

Grâce à cette aventure exceptionnelle, l’Association Tunisian Smart Cities, porteur de ce projet, souhaite transformer une trentaine de villes tunisiennes en villes intelligentes et durables. Et ce, à l’heure où l’urbanisation s’accélère et la mobilité urbaine devient un défi de tous les instants.

Une édition qui fait parler d’elle!

Pour cette année, l’édition 2020 prévoit, dans le cadre de ces deux tournées, des rencontres. Elles seront l’occasion de réfléchir aux nouveaux modèles économiques, aux nouvelles pratiques, aux mutations des relations entre les différents acteurs publics et privés dans les territoires. De même qu’aux enjeux relatifs à l’aménagement intelligent et durable des territoires. A travers l’utilisation des technologies pour faciliter la vie des citoyens…

A cet égard, les organisateurs prévoient l’organisation de conférences et d’ateliers. Ils se veulent des lieux de rencontres entre plusieurs acteurs et opérateurs.

Ainsi, Borhène Dhaouadi, président de l’Association Tunisian Smart Cities, indique que ce rêve s’approche de plus en plus de la réalité. Avec en main une seule ambition: inclure les villes tunisiennes dans la liste des villes intelligentes à travers le monde. Via la proposition, puis la mise en oeuvre de projets structurants et stratégiques.

En effet, « nous sommes sur le bon chemin. Après le lancement officiel du Programme national Tunisian Smart Cities. Notre prochain défi consiste à la mise en place de la vision d’une Tunisie durable à l’horizon 2050  »Tunisia Smart Nation ». Celle-ci se veut une référence pour la planification publique des politiques de développement et d’aménagement. Aussi bien en termes de méthodologie et de processus, que de contenus », explique M. Dhaoudi.

Pour sa part, Othmane Khaled, Consultant en urbanisme et prospective, Conseiller stratégique du programme national Tunisian Smart Cities, apporte des précisions. Car, l’association compte procéder à l’évaluation des stratégies régionales, municipales, et civiles. Et ce, après le travail de sensibilisation et des ateliers de prospective, de planification de développement sociétal et d’aménagement territorial et urbain, durables (intelligents, inclusifs, et résilients). Le tout, à la lumière des pratiques globales performantes.

Puis, suivra la formulation de la vision (à l’horizon 2050) et des objectifs (2040 et 2030) territoriaux; à la lumière de l’exploration du champ des possibles.

Deux tournées à découvrir

Ainsi, la Tunisie vibrera, du 09 au 16 mars 2020, au rythme du numérique; à l’occasion du lancement de la première tournée de la Caravane. Un départ symbolique de Bizerte, berceau de la ville intelligente, où les premiers projets ont vu le jour dans le pays, la marquera.

De ce fait, la première station de cette nouvelle aventure sera le gouvernorat de Kasserine (municipalités de Kasserine et Sbeïtla). Pour se diriger ensuite vers Sidi Bouzid, Gafsa, Tozeur, Kebili, Tataouine, Médenine, Gabè et Sfax.

Ensuite, sur la feuille de route de la deuxième tournée, prévue du 29 juin au 06 juillet 2020, figurent les gouvernorats de Béja, Jendouba, le Kef, Siliana, Kairouan, Mahdia, Monastir, Sousse, Nabeul, Ben Arous, Tunis, Ariana et La Manouba.

« Le choix des villes était fait d’une manière totalement transparente. Il répondait à des besoins économiques pertinents. Loin de la capitale et des villes côtières, la caravane se dirige vers les quatre coins du pays, du Nord au Sud et de l’Est à l’Ouest. Mais ce qui a donné un vrai coup de pouce à cette initiative se sont les collectivités de ces régions. Elles ont déclaré être engagées dans un projet de ville intelligente », précise M.Dhaoudi.

L’ITES, un partenaire stratégique

Pour donner à ces efforts plus de chances de succès, de cohésion et de durabilité, l’Association Tunisian Smart Cities compte placer la barre très haute. Et ce, en s’associant avec l’Institut tunisien des études stratégiques (ITES), le premier Think tank tunisien. Notons que cette collaboration vise à mener une étude globale et large sur la Smart City et la place du citoyen dans la ville numérique.

L’objectif escompté de ce partenariat stratégique consiste à faire comprendre au grand public la notion de la Smart City. Et donc de faire passer cette première barrière de la méconnaissance. Afin d’amener davantage de personnes à envisager les possibilités offertes par la Smart City; et, ainsi, à favoriser son acceptation.

Il s’agit en outre de:

  • Mobiliser les acteurs du développement et de l’aménagement à mettre en place une démarche Smart Cities, au sein de leurs territoires.
  • Les accompagner pour formuler des visions territoriales plus durables;
  • Réussir le montage technique, administratif, et financier des projets associés;
  • Contribuer à l’optimisation de la valorisation des richesses, à la garantie de l’accès universel aux droits aux services de base et à la veille à la protection de l’environnement.

En effet, cette initiative facilitera la tâche et préparera le terrain aux futures générations. Et ce grâce aux informations qui seront collectées, publiées et accessibles à tous. Objectif: améliorer le rang de la Tunisie dans les classements internationaux économiques, sociaux et environnementaux.

Pour rappel, l’association Tunisian Smart Cities est une association prospective et porteuse du programme qui porte son nom. Ce programme sera matérialisé à terme par un réseau national des villes intelligentes.

M.T d’après communiqué

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here