Un Tunisien sur deux, âgé de plus de 30 ans, est hypertendu

consommation sel tunisien

Les 24, 25 et 26 octobre se tiendront à Tunis: le 39ème congrès national de cardiologie et de chirurgie cardiovasculaire; le 7ème congrès francophone d’imagerie cardiaque; et les 1ères journées franco tunisiennes d’Hypertension artérielle (HTA). Autant d’événements scientifiques qui s’intéressent de près à la santé du Tunisien.

Tout d’abord, premier constat : »Le Tunisien consomme environ 10 à 12gr de sel par jour. Alors que son besoin quotidien ne dépasse pas 4 à 5gr ». C’est ce qu’annonce le Pr. Leila Abid, présidente de la Société tunisienne de cardiologie et de chirurgie cardiovasculaire (STCCCV).

En effet, le Tunisien doit réduire sa consommation de sel. En plus d’adopter un mode de vie sain basé sur l’exercice d’une activité physique. Avec un boycott du tabagisme pour prévenir les maladies cardiovasculaires qui sont la première cause de mortalité en Tunisie.

Puis elle poursuit: « Nous assistons aujourd’hui à une flambée des risques cardiovasculaires. Ils sont responsables de l’augmentation de la fréquence des maladies cardiovasculaires. Nous enregistrons un nombre important d’infarctus du myocarde et d’AVC (accident vasculaire cérébral). Et qui deviennent fréquents même sur des sujets jeunes ».

Ainsi, le Pr. Abid signale qu’un Tunisien sur deux âgé de plus de 30 ans est hypertendu. La prévalence du diabète en Tunisie est de 15%, 50% des Tunisiens sont fumeurs. Il y a 30% d’obésité en Tunisie, outre le stress et la sédentarité.

Ces chiffres sont alarmants et il convient de se mobiliser pour prévenir les maladies cardiovasculaires en Tunisie. Et cela passe par l’éducation thérapeutique et la sensibilisation des patients.

Par ailleurs, elle indique que 800 congressistes et 90 orateurs étrangers du Maghreb, d’Afrique, de l’Europe et des Etats-Unis prennent part aux journées de la STCCCV.

Ils discuteront des moyens de prévenir les maladies cardiovasculaires. Mais aussi des innovations diagnostiques et thérapeutiques en cardiologie et en chirurgie cardio-vasculaire.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here