Discours du président de la République Kaïs Saïed : les principaux messages

Kaïs Saïed - l'économiste maghrébin

Lors de son discours d’investiture, devant l’ARP, aujourd’hui  le président élu Kaïs Saïed a adressé plusieurs lettres aux Tunisiens et aux partenaires de la Tunisie.

Le président élu Kaïs Saïed a préféré commencer son discours en revenant  sur le contexte du pays. Pour lui ce qui se passe en Tunisie a résonné dans le monde.  Il s’agit d’un événement qui s’est déroulé dans le respect de la légitimité. Pour lui, la Tunisie connaît une révolution culturelle.  Le président de la République considère que cette révolution ne se limite pas uniquement dans les livres.

Cette révolution  se manifeste par une prise de conscience qui a surgi après une longue attente. Et de considérer que le peuple tunisien a changé sa trajectoire.  Dans le même contexte, le Président de la République  affirme qu’il n’est pas facile de comprendre ce moment historique.  Certainement les historiens vont l’étudier dans les années à venir d’après lui. Il s’agit d’une révolution qui va lancer de nouveaux concepts.

S’adressant aux électeurs, Kaïs Saïed a remercié ceux qui ont voté pour lui. Il n’a pas oublié de remercier ceux qui «  ont préféré voter pour d’autres candidats », lance-t-il. D’ailleurs, pour cette raison il considère que personnes n’a le droit de  décevoir le peuple tunisien. Il a inauguré un nouveau concept : selon lui, la Tunisie est passée de l’Etat de droit à la société de droit. Le président a également lancé un appel pour conserver les acquis de la Tunisie. Il appelle, dans ce contexte, à éloigner le service public de toutes les tractations.   «  Il est hors de question de tolérer ceux qui touchent à l’argent du peuple tunisien », prévient-il.

En ce qui concerne la lutte contre le terrorisme, le président de la République a affirmé qu’une balle d’un terroriste recevra une rafale de balles. Le Président de la République a affirmé, par ailleurs, qu’il n’est pas question de transgresser la loi.  Personne ne pourra ôter aux Tunisiens leur liberté sous n’importe quel prétexte. De ce fait, il déclare que «  ceux qui ont encore la nostalgie du passé doivent savoir qu’ils sont en train de suivre un mirage ».  Il a affirmé qu’il n’est pas question de toucher aux droits de la femme. Continuant dans le même sillage, Kaïs Saïed affirme qu’il est question de renforcer les droits sociaux et économiques des femmes.

Les Tunisiens ne peuvent plus supporter l’injustice d’après le président. Il propose de concevoir de nouveaux moyens pour mettre en œuvre l’emploi,  la liberté et la dignité nationale.   Le président appelle, également, les organisations nationales d’être une force de suggestions.

Sur un autre volet, il affirme que plusieurs Tunisiens voulant faire don d’un jour de travail mensuellement. Et ce pendant les prochaines cinq années. Cela permettrait, selon lui, de lutter contre l’endettement.

La Tunisie a besoin d’une nouvelle relation entre les Tunisiens et le gouvernement. Le président considère que les Tunisiens ont perdu cette confiance depuis longtemps.

Au niveau international, le président de la République a rappelé les relations de la Tunisie avec le Maghreb, l’Afrique et le monde arabe.

Par ailleurs, il affirme qu’il faut respecter toutes les conventions de la Tunisie avec les autres nations. Cependant, cela n’empêche de revoir ces conventions.  Il réaffirme son soutien à la cause palestinienne.  «  Soutenir la cause palestinienne n’a rien à voir avec la haine des juifs » et de continuer «  c’est une lutte contre l’occupation », lance-t-il.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here