Endettement hôtelier : le gouverneur de la BCT est déçu

dette exétrieure de la Tunisie

L’épineuse question de l’endettement touristique, essentiellement hôtelier a été encore une fois évoquée. Et ce, lors du séminaire organisé par la FTH portant sur le « tourisme, moteur de la croissance » qui se tenait aujourd’hui au siège de l’UTICA.

L’endettement hôtelier est un dossier qui traîne depuis bien des années pour plomber le système bancaire et pénaliser le secteur touristique au niveau de ses prestations.

Toutefois, la batterie de mesures concrètes élaborées en parfaite concertation avec toutes les parties concernées compilées au sein d’un outil intitulé « le livre Blanc » n’a pas abouti à des solutions; malgré tous les espoirs portés dans ce compromis tant attendu.

Marouane El Abassi, gouverneur de la Banque centrale de Tunisie (BCT), invité à prendre la parole au cours de ce débat, n’a pas mâché ses mots à propos de ce dossier.

Endettement hôtelier : le statu quo !

Il devait préciser qu’avant sa venue à ce séminaire, il a tenu plusieurs réunions avec les banques à ce sujet. Le tableau est à ce propos peu reluisant. « C’est le statu quo qui perdure et le livre Blanc n’a pas fonctionné de la manière escomptée. L’endettement du secteur persiste et c’est inquiétant pour tous… Les chiffres font peur… »

Incisif et frontal le gouverneur de la BCT pointe du doigt un problème de confiance entre les hôteliers et les banques.

Depuis leur mise à l’épreuve du terrain, les solutions préconisées par le livre Blanc n’ont suscité aucun engouement de la part des hôteliers endettés !

La preuve : sur les soixante dossiers présentés depuis, sous forme d’un business plan, seul un dossier a été validé et plus encore auprès d’un banque publique, en l’occurrence la STB.

Il est à noter à ce titre que la STB, Amen Bank et la BIAT sont impliquées à hauteur de 67% de l’endettement hôtelier, estimé aujourd’hui à environ 3000 millions de dinars.

Direct et franc, le gouverneur de la BCT estime que la solution se situe au niveau d’une confiance rétablie, d’un traitement purement technique du dossier et surtout auprès d’opérateurs imprégnés de bonne volonté. Sur ces plans, la BCT est totalement disponible.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here