CAF : les sanctions infligées au Club Sfaxien jugées plutôt clémentes

Club Sfaxien L'Economiste Maghrébin

Le dossier que le président de la FTF, Wadii Jerri, a présenté à la CAF semble avoir porté ses fruits. Les sanctions infligées au CSS suite aux événements ayant marqué son match face à la RS Berkane, semblent plutôt modérées.

Suite à l’agression de l’arbitre sénégalais, au comportement antisportif et aux actes de vandalisme perpétrés par les joueurs et certains dirigeants du Club Sportif Sfaxien après leur défaite face à la Renaissance Sportive de Berkane (0-3) en demi-finale de la Coupe de la CAF, les sanctions de la CAF viennent de tomber.

Une amende de 40 mille dollars

Ainsi, la Commission de discipline de la CAF, présidée par le Sud-Africain Raymond Hack, a décidé de suspendre trois joueurs du Club Sfaxien, en l’occurrence Wassim Hnid, Houssem Dagdoug et Aymen Harzi, pour quatre matchs dont un avec sursis.

L’entraîneur adjoint Mahmoud Masmoudi et l’accompagnateur Karim Ghorbel ont été également suspendus pour six matchs dont un avec sursis.

La CAF a également infligé au Club Sfaxien une amende de 40 mille dollars, à régler dans un délai de 60 jours.

Comportement indigne !

Éliminés en demi-finale retour de la Coupe de la CAF par la RS Berkane (0-3) après avoir emporté le match aller (2-0) au stade Taieb Mhiri, et au coup de sifflet final de la rencontre, les joueurs du CS Sfax et leurs accompagnateurs ont agressé physiquement l’arbitre international sénégalais Maguette N’Diye, avant l’intervention des stadiers.

Cerise sur le gâteau : entrés en transe, les joueurs ont également saccagé les vestiaires du stade municipal de Berkane. Du jamais vu de la part de joueurs d’une grande équipe connue pour son fair-play, son respect de l’adversaire et sa maîtrise de soi.

Les arguments de la FTF ont porté leurs fruits

Selon les observateurs, les sanctions infligées au CSS sont plutôt clémentes vu que la CAF se montre généralement intraitable quand il s’agit d’agression perpétrée contre les arbitres.

Est-ce l’intervention du président de la FTF qui a incité la CAF à alléger les sanctions? Tout porte à croire que la plaidoirie de Wadii a porté ses fruits.

En effet, le  président de la Fédération Tunisienne de Football, a défendu, dimanche dernier, le dossier du club sfaxien devant la commission de discipline de la CAF au Caire, en signalant la gravité des dépassements commis au Maroc, notamment l’arbitrage calamiteux et le calvaire que les Tunisiens ont vécu à l’hôtel.

Par ailleurs, la FTF a indiqué dans un récent communiqué que les sanctions prises par la CAF contre des joueurs du Club Sportif Sfaxien ne concernent que les compétitions africaines.

Ainsi, rappelle le communiqué, les joueurs sanctionnés ne pourront pas prendre part aux compétitions interclubs, mais ils pourront évoluer avec leur club sur le plan local et également avec la sélection tunisienne.

1 COMMENTAIRE

  1. L’alarme incendie de l’hôtel à Berkane a été enclenchée suite aux vapeurs de chicha fumées par certains « fumés » du CSS qui « vapotent » à l’aube au lieu de se concentrer à gagner un match « imperdable » selon l’arrogance, la suffisance et la médiocrité qui les animent.
    Résultats : les joueurs de Berkane les ont fumés comme une clope et les ont écrasés à la talonnette.
    Ce sont des sanctions « politiques » suite à l’intervention de la FTF qui a du s’agenouiller devant Lekjaa en lui présenter officiellement des excuses et lui promettre de rembourser le matériel dévasté.
    Conséquences : Lekjaa satisfait, la CAF a bidonné une sanction de façade.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here