CAN 2019 – stage à Rabat : cinq arbitres tunisiens sélectionnés

Arbitres tunisiens L'Economiste Maghrébin

Pas moins de 5 arbitres tunisiens ont été retenus pour un stage de formation qui aura lieu à Rabat sous l’égide de la CAF.

C’est la première fois dans l’histoire de la Coupe d’Afrique des nations que, pas moins de cinq arbitres tunisiens, dont 3 centraux, participeront à un stage de formation qui se tiendra à Rabat du 28 avril au 5 mai 2019.

Le plus grand quota alloué à la Tunisie

Notons que la première liste établie par la CAF comprend 27 arbitres de terrain de 22 pays africains, ainsi que 27 arbitres adjoints de 23 pays du même continent. A savoir que le plus grand quota revient à la Tunisie et à l’Egypte en sa qualité de pays hôte.

Les arbitres sélectionnés sont trois centraux (Sadok Salmi, Youssef Srairi, et  Haythem Guirat) et deux assistants( Yamen Ma louchi et Anouar Hmila).

Rappelons que la VAR (Assistance vidéo à l’arbitrage) sera utilisée à partir des quarts de finale de la CAN 2019 qui aura lieu en Egypte du 21 juin au 19 juillet.

Unanimité sur le recours à la VAR

A noter également que les  vingt-quatre sélectionneurs des équipes qualifiées pour la CAN avaient massivement opté pour l’utilisation de l’assistance vidéo à l’arbitrage, lors d’un atelier de travail organisé la semaine dernière au Caire, juste avant le tirage au sort de la phase finale, effectué le 12 avril.

Or, ce n’est pas la première fois que la VAR sera utilisée en phase finale de coupe d’Afrique, puisque  la CAF a eu recours à cette innovation lors des finales de la Ligue des champions et de la Coupe de la CAF.

D’autre part, les arbitres qui auront la charge d’utiliser la VAR, étaient en stage à Johannesburg  où ils ont reçu une  formation intensive sur le plan théorique et pratique pour mieux se familiariser avec cette technologie.

Au cours de cette formation, les arbitres « stagiaires » ont participé à des séances de simulation sur des matchs réels au cours desquels ils se sont entraînés à l’examen des situations et à la communication avec l’arbitre, l’assistant VAR et l’opérateur.

En toute logique, les arbitres tunisiens ne siffleront pas les matchs à un stade avancé de la compétition. En effet,  seuls les arbitres sélectionnés au stage de Johannesburg  et rompus à la technologie de la VAR sont habilités à diriger les rencontres  à partir des quarts de finale.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here