(Géo)politique, football et monde arabe

Football & Monde arabe L'Economiste Maghrébin

Les grandes compétitions sportives sont l’occasion de mesurer l’influence des puissances nationales sur l’échiquier mondial. En 2022, pour la première fois, un pays Arabe, le Qatar, organisera la Coupe du monde de football. Un événement (géo)politique, car le football, par son caractère populaire et mondial, est un élément du rayonnement et du soft power des États.

La France et le Brésil en savent quelque chose… En témoignent aussi les derniers lieux d’accueil de la Coupe du Monde : Afrique du Sud en 2010, Brésil en 2014, Russie en 2018.

Bref, le football, c’est bien plus que du sport. Une réalité qui se vérifie aussi dans le monde arabe, où ce sport revêt une dimension sociale et politique si importante dans certains pays, qu’il peut constituer un facteur de stabilité ou de déstabilisation d’un régime.

Le football : instrument de géopolitique

Le sport, en général, et le football en particulier, s’affirment comme des champs de confrontation pacifique des puissances nationales. Le football est un phénomène mondial et populaire. C’est pourquoi il est récupéré depuis 1945 à des fins politiques et géopolitiques.

D’abord objet monopolisé par des puissances coloniales, ce sport est devenu un lien social  au sein des sociétés nationales, transcendant parfois les clivages politiques, sociétaux ou religieux.

Il a même contribué aux aventures de libération nationale, comme l’atteste l’histoire de l’équipe du FLN : au printemps 1958, des joueurs d’origine algérienne, et dont certains jouaient dans la sélection française, ont quitté leur club dans la clandestinité, en vue de créer la première équipe nationale algérienne… Le symbole est fort et a marqué la bataille de communication politique entre la France et le FLN.

Aujourd’hui, ce sont les Palestiniens qui tentent d’actionner le levier footbalistique pour exprimer leur droit d’exister sur la scène internationale…

Aujourd’hui, avec l’arrivée de nouveaux acteurs, le pouvoir financier et de représentation du football ne cesse de peser dans les équilibres internes et internationaux. La mondialisation n’est pas que d’ordre économique et la géopolitique n’est pas qu’une question de puissance militaire. La mondialisation s’est accompagnée d’un développement spectaculaire des événements sportifs.

Politique et monde arabe

Non seulement le football fait l’objet d’une véritable passion dans les diverses sociétés arabes, mais des joueurs internationaux d’origine arabe contribuent au rayonnement de ce sport : outre la première star du football arabe, Larbi Ben Barek, citons aujourd’hui Mohamed Salah, Riyad Mahrez, Karim Benzema, Medhi Benatia, Hatem Ben Arfa, etc.

L’Institut du monde arabe (IMA), à Paris, a choisi de s’interroger sur la place du football dans les sociétés arabes, à travers l’exposition « Football et monde arabe ». L’IMA nous permet ainsi de découvrir le véritable engouement des sociétés arabes pour la « planète football ».

L’exposition est structurée en 11 histoires, pour saisir la relation du monde arabe au football et retrace des épopées humaines de joueurs et de supporters. On en apprend ainsi davantage sur l’équipe du FLN, le football au Liban, les supporters Ultras et les Printemps arabes. Un lien d’une grande acuité au regard du rôle moteur des premiers dans les manifestations qui animent actuellement l’Algérie : la protestation contre Bouteflika et les premiers slogans anti-régime sont en effet partis des tribunes des stades de football…

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here