Youssef Chahed tire à boulets rouges sur HCE et Sihem Ben Sedrine

Youssef Chahed- l'économiste maghrébin
Photo d'archives

Confiant et déterminé à la fois, le Chef du gouvernement s’est montré confiant, lors d’une interview accordée à la chaîne privée Attessia TV, aujourd’hui, 21 décembre. Lors de laquelle, il a adressé plusieurs messages aux Tunisiens, à ses détracteurs et ses alliés.

Terrorisme, une guerre de longue haleine

Youssef Chahed a affirmé que le gouvernement a pris les mesures nécessaires pour s’occuper de la famille du martyr Khaled Ghozlani. Il a indiqué par la même occasion que les Tunisiens doivent comprendre que la guerre contre le terrorisme est une guerre de longue haleine. «  Le risque zéro n’existe  pas », lance-t-il. Il n’en demeure pas moins que la lutte contre le terrorisme se poursuit comme il se doit, ajoute-t-il.

Par ailleurs, il a fait savoir que les budgets des ministères de l’Intérieur et de la Défense avoisinent les 6000 millions de dinars. C’est un choix imposé par la conjoncture,  faisant remarquer que sans la sécurité, il n’y aura ni tourisme ni investissement. «  Il ne faut pas banaliser le terrorisme », lance-t-il. Il a rappelé que la Tunisie a subi quatre attaques terroristes dangereuses dont celles de Sousse et du Bardo, mais la situation commence à se stabiliser.

Économie : retour à la normale en 2020
Le Chef du gouvernement a rappelé qu’il n’est pas possible d’améliorer la situation économique dans deux ou trois ans. «  Mais nous allons nous en sortir », assure-t-il.

Le Chef du gouvernement a indiqué que le gouvernement fait de son mieux pour mettre en place les réformes nécessaires, notamment la réforme des caisses sociales, la maîtrise de l’inflation et la maîtrise du déficit budgétaire. Il a rappelé que le déficit budgétaire a atteint 7,4% en 2016 pour baisser à 4,9% en 2018. Pour lui, le gouvernement a évité le pire.

En 2017 et 2018, le gouvernement a décrété, dans le cadre de la loi de finances, des mesures fiscales ce qui a aggravé l’inflation. De même, il assuré qu’il n ‘y aura aucun impôt supplémentaire dans la loi de finances 2019.

Répondant à une question qui porte sur la maîtrise des prix, le Chef du gouvernement a affirmé que le contrôle des prix se fait à travers des groupes  de contrôle économique et avec les forces de l’ordre en appui. Les produits saisis sont envoyés au marché de gros, dit-il.  Le Chef du gouvernement a promis que les prix vont baisser dans quelques mois grâce au contrôle.   » Notre souhait est que les familles tunisiennes puissent éduquer leurs enfants et se soigner « , affirme-t-il.

Passant à un autre volet, Youssef Chahed a rappelé que 40% du déficit budgétaire provient du déficit énergétique. Afin de le réduire, le gouvernement a prévu un budget pour le FOPRODEX pour booster l’exportation dans le cadre de la loi de finances 2019. Il  a indiqué que le déficit énergétique va baisser grâce à plusieurs projets dans le domaine des énergies renouvelables. De même, il a souligné l’importance de la rationalisation de la consommation de l’énergie.

De la nécessité de mettre en place des mesures sociales.

Répondant à une question qui porte sur la grève générale de la fonction publique prévue pour le 17 janvier 2019, l’intervenant a indiqué que l’UGTT a le droit de défendre l’intérêt des travailleurs et que la grève est un droit constitutionnel. Par ailleurs, il estime qu’il n’est pas normal de s’endetter pour faire bénéficier les fonctionnaires d’augmentations salariales.
 » Le gouvernement a une vision plus globale et pense à toutes les catégories sociales y compris les fonctionnaires. Je suis responsable et je ne peux pas permettre la hausse de l’endettement »,  dit-il. De même, il a souligné l’importance du retour de la production et la productivité.

Il  a déclaré  que les négociations sont en cours avec l’UGTT et qu’ils finiront par trouver une solution.  Youssef Chahed a indiqué que le report de l’impôt de 10% sur les grandes surfaces pour 2020 est une mesure anti-inflationniste.  » Il faut cesser de diaboliser les hommes d’affaires. Ils sont capables de créer de l’emploi et de la valeur ajoutée dans les régions », lance-t-il. L’opposition n’a  pas de vision, avance le chef du gouvernement en commentant la prise de position de l’opposition sur le report des impôts sur les grandes surfaces.

Répondant à une question qui porte sur le modèle de développement actuel, le chef du gouvernement a considéré que la Tunisie n’a pas exploité tout le potentiel du modèle de développement actuel étant donné que le tourisme et le phosphate n’ont pas repris comme attendu.

Youssef Chahed pointe du doigt l’Assemblée des représentants du peuple

Le Chef du gouvernement a fait savoir qu’environ 92 projets de loi prioritaires ont été envoyés à l’Assemblée des représentants du peuple. Il  a cité notamment le projet de loi relatif au Code des changes. Ce projet de loi est destiné à renflouer les caisses de l’Etat en devises .Tout en reconnaissant les effort de l’ARP, il a rappelé la nécessité d’adopter en urgence les projets de loi en question.  2019 sera aussi l’année du démarrage de plusieurs grands projets comme le Port en eaux profondes d’Ennfidha et autres.

Une nouvelle initiative sur la réconciliation verra le jour
Youssef Chahed a indiqué que le processus de la justice transitionnelle a échoué et pour cause : la présidente de l’Instance  Vérité et Dignité ne fait pas l’unanimité et la politisation du processus.   » La justice transitionnelle a divisé les Tunisiens », reproche-t-il. Un nouveau projet de loi sur la justice transitionnelle verra le jour après la fin du mandat de l’IVD, indique-t-il. Répondant à la question du journaliste sur le Fonds de la dignité, il a indiqué sur un ton ironique :  » Celui qui trouve les prétendus 580 MD qu’il me les ramène ».

Youssef Chahed, BCE et Ennahdha
Youssef Chahed a indiqué qu’il n’est pas responsable de la présence du mouvement Ennahdha au gouvernement. Il  était bel et bien présent à l’Accord de Carthage bien avant ma nomination, remarque-t-il. Répondant à une question qui porte sur son appartenance politique, il a affirmé qu’il fait partie de la famille progressiste et démocrate. Il  a rappelé qu’il est issu d’une famille destourienne de père en fils.  » Celui qui veut gouverner sans le mouvement Ennahdha doit remporter les prochaines élections »,  lance-t-il.

Quant à ses rapports avec le Président de la République, Youssef Chahed a affirmé que depuis son interview où il a pointé du doigt Hafedh Caïd Essebsi en l’accusant d’avoir détruit Nidaa Tounes, les rapports se sont refroidis.

Dans le même sillage, il a indiqué que la direction actuelle de Nidaa Tounes n’est pas une direction représentative de Nidaa Tounes. « Le congrès de Nidaa Tounes n’aura pas lieu, et s’il aura lieu ce sera une comédie ». Il  a indiqué par ailleurs, que ceux qui appellent à sa démission n’ont aucun programme : « Leur programme est de libérer les corrompus », a-t-il conclu.

2 Commentaires

  1. – « Youssef Chahed a indiqué qu’il n’est pas responsable de la présence du mouvement Ennahdha au gouvernement ».
    Je me demande de quoi est-il responsable? De rien? mais dans son gouvernement a eu la part du lion en postes ministériels et secrétaires d’état.
    – ” Celui qui trouve les prétendus 580 MD qu’il me les ramène”.
    Une réponse démagogique pour fuir ses responsabilités dans la lapidation de l’argent public.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here