“Ennahdha serait responsable du limogeage de Lotfi Brahem”

Riadh sidaoui
Le politologue tunisien Riadh Sidaoui.

Le politologue et directeur du Centre arabe d’analyses et de recherches politiques et sociales de Genève, Riadh Sidaoui, prétend que le mouvement Ennahdha est derrière le limogeage du ministre de l’Intérieur, Lotfi Brahem.

Dans une déclaration accordée à leconomistemaghrebin.com, Riadh Sidaoui a affirmé que le limogeage de Lotfi Brahem prouve qu’il n’est plus dans les bonnes grâces du parti islamiste. Dans le même contexte, il estime que dans un régime politique parlementaire les postes et les gouvernements sont fragiles  et qu’il suffit qu’un parti majoritaire retire son soutien pour démettre un ministre de ses fonctions.

Le politologue a rappelé que le célèbre blogueur saoudien « Mojtahid » connu pour être proche de la famille royale saoudienne avait publié des informations sur son compte officiel Twitter selon lesquelles  l’Arabie saoudite étudie un plan pour restaurer le pouvoir de Ben Ali en Tunisie, à travers Lotfi Brahem. Ce post a été publié au mois de mars 2018 lors de la visite officielle de Lotfi Brahem en Arabie saoudite. Le blogueur avait affirmé que Lotfi Brahem a rencontré Ben Ali et le ministre des Affaires étrangères saoudien dans le cadre de la même visite. Pour Riadh Sidaoui, le mouvement Ennahdha en a pris ombrage et a exercé son pouvoir pour le démettre de ses fonctions.

Riadh Sidaoui plaide pour un gouvernement stable

« Il est préférable que tout ministre termine son mandat. A la fin du mandat, c’est au peuple de faire le bilan. L’instabilité des gouvernements n’est pas favorable à la reprise de l’économie», affirme-t-il. Revenant sur son bilan, le politologue tunisien a considéré que la période de Lotfi Brahem n’a pas connu de crise sécuritaire ou d’actes terroristes de grande ampleur : « Cela tient au mérite du ministre et aux technocrates du ministère de l’Intérieur ».  Sur un autre volet, il a estimé qu’il est normal que des citoyens se mobilisent pour refuser le limogeage d’un ministre surtout en démocratie.

Article précédentLa Conect appelle à lever les entraves à l’export
Article suivantAutomobile : ITALCAR lance la Fiat Tipo 5
Avatar photo
De formation littéraire, Hamza Marzouk travaille à l’Économiste Maghrébin depuis 2011. Il suit de près les mouvements sociaux, sous toutes leurs formes depuis 2011.Les droits socioéconomiques sont son domaine de prédilection. De même, il s'intéresse au monde de la culture et de l'art plus particulièrement : entrepreneuriat culturel et le cinéma tunisien.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here