Fadhel Moussa plaide pour le maintien du gouvernement Chahed

fadhel moussa
Fadhel moussa à l'Assemblée nationale constituante

Fadhel Moussa, constitutionnaliste et ancien doyen de la Faculté des sciences juridiques, politiques et sociales de Tunis a plaidé pour le maintien du gouvernement Youssef Chahed, aujourd’hui 31 mai, lors de son passage sur les ondes radiophoniques.  

Justifiant sa prise de position, Fadhel Moussa affirme que l’action du gouvernement commence à porter ses fruits au niveau économique. Changer le gouvernement ne contribuera pas à l’amélioration de la situation, soutient-il, et un prochain gouvernement ne pourra pas mieux faire. Par ailleurs, Fadhel Moussa rappelle qu’en cas de remaniement ministériel, les nouveaux ministres auront besoin d’environ cinq mois pour maîtriser les dossiers et commencer leur travail effectif.

En ce qui concerne l’intervention de Youssef Chahed, le constitutionnaliste considère que Youssef Chahed sait parfaitement qu’il est le sujet central de la scène politique (destitution, maintien au poste, remaniement ministériel partiel…).  « Suite aux négociations dans le cadre de l’Accord de Carthage, il était clair qu’il était temps pour le chef du gouvernement de rompre les liens au niveau politique avec les leaders de son parti politique (Nidaa Tounes). Cependant, il a gardé une bonne relation avec le Président de la République qui le soutient », estime-t-il.

Fadhel Moussa décortique le point de vue du mouvement Ennahdha

Analysant la prise de position du mouvement Ennahdha, Fadhel Moussa a expliqué que le parti islamiste tient au maintien de Youssef Chahed non pas pour sa personne, mais parce qu’il sert à la stratégie politique qu’il envisage de mettre en place. Pour lui, le timing de l’intervention de Youssef Chahed est adéquat. «Ses propos traduisent sa vision pour son avenir politique et il doit briser le silence pour montrer qu’il n’est pas une marionnette», dit-il.

Au final, Fadhel Moussa estime que le président de la République est acculé à prendre position contre son fils et à donner à entendre que le chef du gouvernement agit conformément à la situation, sauf que « les Tunisiens ne peuvent pas imaginer qu’il existe une autre personne qui dirige Nidaa Tounes à part Hafedh Caid Essebsi ».

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here