Noureddine Taboubi : la crise politique a lésé l’économie

Noureddine Taboubi

La Banque de l’Habitat (BH), la Régie Nationale des Tabacs et des Allumettes (RNTA), la Société nationale de distribution des pétroles (AGIL) et la Compagnie Nationale de Navigation (CTN), telles sont les entreprises publiques que le gouvernement envisage de privatiser, d’après le secrétaire général de l’Union générale tunisienne du travail (UGTT) Noureddine Taboubi, hier 1er mai, lors d’un meeting syndical avec les travailleurs, à la Coupole d’El Menzah.

Cependant, le syndicaliste a affirmé que le gouvernement n’a pas communiqué officiellement les noms des entreprises publiques à privatiser. Continuant dans le même sillage, Noureddine Taboubi a fait savoir que les entreprises citées sont des entreprises fructueuses et productives et que le besoin ne s’impose pas de les privatiser. Par ailleurs, il a réaffirmé le refus catégorique de la centrale syndicale à toute privatisation. A cet égard, Noureddine Taboubi a affirmé par la même occasion que la centrale syndicale est ouverte à toute proposition de réforme des entreprises publiques.

Évoquant la situation actuelle du pays, Noureddine Taboubi a appelé de nouveau à effectuer un remaniement ministériel, tout en estimant qu’il pourrait être un moyen qui permettrait de dépasser la crise politique actuelle. Pour lui, le blocage politique actuel a eu des répercussions négatives sur l’économie et la relance économique.

Noureddine Taboubi a avancé qu’il faut injecter du sang neuf dans le gouvernement pour avoir un gouvernement crédible et capable de tenir ses promesses et engagements. Malgré ses réserves contre le gouvernement, le secrétaire général de la centrale syndicale affirme cependant que l’UGTT n’envisage pas de quitter l’Accord de Carthage.
[raside number= »3″ tag= »Noureddine Taboubi « ]

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here