EY Tunisie : baromètre 2018 des entreprises en Tunisie

micro-entreprises L'Economiste Maghrébin

D’après les dirigeants d’entreprises, la situation politique en Tunisie reste hautement préoccupante. 88% des dirigeants d’entreprises et leaders d’opinion la jugent mauvaise ou très mauvaise.

«Une situation politique, économique et sociale encore plus préoccupante pour le monde des affaires»

Il en est de même pour l’appréciation de la situation économique et sociale, que 91% jugent mauvaise ou très mauvaise. L’évaluation des perspectives d’évolution de la conjoncture politique, économique et sociale reste marquée par un pessimisme galopant: 48% estiment que la situation politique va se dégrader dans les prochains mois (contre 40% en 2016). De même, 54% estiment que la conjoncture économique et sociale va se dégrader alors qu’ils n’étaient que 49% deux ans auparavant.

Pour ce qui est de la stabilisation de la conjoncture politique, économique et sociale, l’horizon de stabilisation de la situation politique s’éloigne (65% des répondants le situent à plus de trois ans, contre 34% il y a deux ans). De même, l’horizon de stabilisation de la conjoncture économique et sociale est repoussé de deux ans environ par rapport à l’appréciation faite en 2016. Par voie de conséquence, la capacité de résilience des entreprises en a pris un coup. Quatre années auparavant, une entreprise sur trois déclarait ne pas être menacée, même si la conjoncture venait à se dégrader.

Aujourd’hui, seule une entreprise sur quatre déclare avoir de telle capacité. De même, 40% des entreprises estiment leur capacité de survie à moins de deux ans en cas de détérioration de la conjoncture. Elles étaient 25% il y a deux ans et 20% il y a quatre ans. La dégradation de la situation économique se situe en haut des préoccupations des chefs d’entreprises. En 2016, l’instabilité sécuritaire figurait encore en tête des préoccupations. Sans surprise, ce sujet ne fait plus partie du Top 5 de leurs préoccupations.

Deux nouveaux sujets font leur entrée dans le Top 5 des préoccupations: la dégradation du taux de change et la pression fiscale. En revanche, la situation sociale et la qualité de service de l’administration continuent à figurer de façon récurrente parmi le Top 5 des préoccupations des chefs d’entreprises. Dans le Top 5 des barrières à l’investissement, trois éléments classés depuis 2016 se retrouvent dans le baromètre 2018 : la lourdeur administrative, la corruption administrative et le climat social. Deux nouveaux éléments font désormais leur entrée: les charges fiscales et sociales et le cadre réglementaire de l’investissement.

entreprises EY_ L'Economiste Maghrebin

«Malgré une conjoncture préoccupante, les entreprises tunisiennes continuent à faire de la croissance et gagnent en maturité»

Selon les entreprises interrogées, trois entreprises sur cinq déclarent réaliser une amélioration de chiffre d’affaires au cours de l’année écoulée (2017). Les dirigeants associent principalement cette croissance à une dynamique interne au sein de l’entreprise, telle que le développement et/ou l’amélioration des produits (50% des répondants), l’amélioration de la force de vente (34% des répondants) et le positionnement sur de nouveaux segments de marché (33% des répondants).

Les entreprises tunisiennes ont visiblement gagné en maturité et appris à nourrir leur croissance en s’appuyant sur leurs leviers internes, malgré une conjoncture de plus en plus défavorable. La tendance d’amélioration concerne aussi les perspectives d’évolution de l’activité commerciale puisque deux entreprises sur trois prévoient encore une croissance de leurs volumes d’affaires en 2018. Le baromètre 2018 révèle, certes, une vision résolument optimiste des perspectives des entreprises sur les mois à venir. Il fait, en même temps, ressortir une inquiétude de plus en plus forte des dirigeants d’entreprises à l’égard de la conjoncture économique et sociale.

En effet, 76% d’entre eux considèrent l’évolution de la conjoncture économique et sociale comme étant le premier facteur susceptible de freiner les entreprises dans leur élan de croissance, alors qu’ils étaient 51% à le signaler en 2012, 59% en 2014 et 67% en 2016. Selon les dirigeants et les leaders d’opinion interrogés, les chantiers prioritaires à mener par les pouvoirs publics restent les mêmes que ceux remontés il y a deux ans. La mise à niveau de l’administration apparait comme étant la réforme la plus prioritaire (85% des répondants). Vient ensuite la lutte contre la corruption (pour 64% des répondants) suivie par la réorientation des avantages fiscaux (pour 49% des répondants), l’assouplissement du régime de change (pour 42% des répondants) et l’amélioration du cadre légal et institutionnel de l’investissement (pour 39% des répondants).

Cela dit, la modernisation du système d’éducation et de la formation reste une attente forte exprimée par 50% des répondants. Du côté des entreprises, les dirigeants mettent l’accent sur l’importance de la transformation digitale et la nécessité d’exploiter les «big data» étant donné l’impact sur leur activité commerciale. De fait, 92% des entreprises interrogées estiment que le digital a un impact sur leur business et 74% priorisent l’analyse et l’exploitation des données dans leur feuille de route digitale.

Source : EY Tunisie
Source : EY Tunisie

Noureddine HajjiNoureddine Hajji Associé Directeur Général d’EY Tunisie

«Devenu une véritable référence depuis le lancement de sa première édition, le baromètre EY présente un panorama de la conjoncture actuelle, ainsi qu’une vue d’ensemble sur le monde des affaires, ses préoccupations et ses attentes. Depuis l’édition de 2016, la boussole morale des dirigeants d’entreprises reste optimiste malgré une lenteur du rythme de croissance et un ensemble de défis socio-économiques et politiques chroniques à relever. Aujourd’hui, l’heure est à la transformation digitale et à une révolution globale des pratiques managériales au sein de l’entreprise. Le baromètre EY 2018 porte un message d’espoir quant aux perspectives d’évolution et aux opportunités de développement potentielles et possibles uniquement avec l’aide des autorités publiques. Un espoir fragile et toujours sous surveillance avec l’objectif principal d’instaurer un environnement d’affaires propice et durable.»

1 COMMENTAIRE

  1. Spreading.
    ( last version )

    With a prominent
    feeling in the
    flare of my heart
    I perceive, in an
    instant, the breath
    of a calm wind
    and the exhausted
    appearance of
    a fugitive sunshine:
    there, in the
    glimmer, while
    an innocent purpose
    gives me the strength
    of your novel
    emotion…

    Francesco Sinibaldi

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here