Start-up : l’incubateur B@LABS présente ses perles

Start-up

L’incubateur de la BIAT, B@LABS, a célébré la graduation de sa première promotion entrepreneuriale, hier 22 mars, lors d’une cérémonie haute en couleur, en présence de plusieurs personnalités de la direction générale de la Banque. Sept entrepreneurs ont exposé les spécificités et la valeur ajoutée de leur start-up. Retour sur les enfants de B@LABS.   

Cet événement, qui s’est tenu en grande pompe, dans l’un des hôtels du centre-ville de Tunis a permis de mettre en valeur des startups innovantes portées à bout de bras par de jeunes créatifs, ayant bénéficié du soutien technique et financier de l’incubateur de la BIAT pendant cinq mois. Elles se retrouvent à différents stades d’avancement, mais il était certain qu’elles ont acquis de l’expérience et de la maturité. Confiants et déterminés à la fois, les jeunes talents ont su charmer le public par la qualité de leurs idées innovantes et par leur éloquence. Musique, jeux de lumière et ambiance juvénile, c’est ainsi que la soirée s’est passée. Nous vous présentons, ci-après un résumé des startups à l’honneur.

Marki : quand la gestion d’un chantier se transforme en jeu d’enfants

Après une expérience de sept ans dans le domaine de la promotion immobilière, Fares Handous a pris l’initiative de créer son propre projet: Marki qui consiste en une plateforme mobile et web qui permet au promoteur immobilier de vérifier l’état d’avancement des travaux et les pannes d’un chantier. Expliquant le concept, il a affirmé qu’il s’agit d’une application collaborative entre les différents intervenants sur le chantier. Dès que le promoteur, sur terrain, se rend compte de la présence d’un problème, il le signale sur l’application qui va l’envoyer à la personne concernée pour la réparation. Fares Handous,a indiqué que depuis son entrée à l’incubateur, il a été assisté et les choses ont commencé à s’améliorer pour lui. Revenant sur la valeur ajoutée de son projet, il a souligné qu’il assure plus de rapidité et permet d’éviter les retards, notamment les retards de livraison et de fins de travaux qui sont pénalisés, ce qui permet d’éviter les pertes financières.

Swiver : désormais les TPE n’ont plus besoin d’acquérir un logiciel de gestion comptable coûteux

Passionné et déterminé à la fois, Azzam Soualmia maîtrise le besoin de son marché et connait parfaitement sa cible : les TPE,  qui emploient entre une et cinq personnes. Émanant d’un constat que la majorité des logiciels de comptabilité et de gestion commerciale ont un prix inaccessible ou ne sont pas adaptés aux besoins des TPE, Azzam Soualmia a pris le soin de concevoir un logiciel de comptabilité et de gestion commerciale simple et efficace pour les besoins des TPE, accessible à partir de tous les appareils et qui s’utilise facilement dans toutes les opérations. Le jeune homme affirme que son logiciel cloud de gestion commerciale destiné aux TPE a déjà un certain nombre de clients qui l’ont utilisé au cours de l’année 2017. Notons que le logiciel est  disponible gratuitement pour test pendant 14 jours. Le jeune entrepreneur s’est bel et bien fixé des objectifs pour les années à venir et envisage de faire une levée de fonds afin de voler de ses propres ailes.

Epilert : quand la technologie prévient une crise d’épilepsie

Conçu par Firas Rhaiem fondateur et CEO, Epilert est une start-up à deux facettes: une facette technologique et une facette médicale. Le travail s’est concentré sur un bracelet qui détecte les crises d’épilepsie à travers différents capteurs. Epilert est connecté à une application mobile gérée par un engin de IA et supervisée par les médecins qui envoie des notifications aux parents lors de la crise. Firas Rhaiem a indiqué par la même occasion que le projet n’est pas encore au stade de la commercialisation. Un certain nombre de médecins sont en train de le tester.

Toufoula Kids : la technologie au service des bandes dessinées et de l’éducation civique

Fondée par Awatef Mosbah, Toufoula Kids est un éditeur digital de contenus en langue arabe pour les enfants de 4 à 12 ans orienté vers l’éducation civique. La spécificité de l’éditeur est qu’il n’a pas abandonné la version papier pour la version électronique. Grâce à cette application, l’enfant peut basculer du livre à la réalité augmentée. Dans la même perspective, elle a fait savoir que le magazine sera lancé prochainement. La cible du projet sont les enfants tunisiens et les enfants du monde arabe.

P’tit Chef : chercher des plats faits maison n’est plus un casse-tête

Aziz Benchedli a tenu à expliquer lors de son intervention que son idée consiste à un marketplace qui connecte des cuisiniers passionnés à des gourmands à la recherche de bons petits plats 100% fait maison. Cette économiste de formation, titulaire d’un master en technologie de l’information et de la communication (UFR sciences économiques, Montpellier, France), a eu l’idée de la startup, après avoir constaté qu’il n’est pas facile de trouver des plats faits maison. Le petit chef peut s’inscrire sur la plateforme en proposant des plats faits maison, tout en mentionnant le prix; de l’autre côté les gourmands peuvent choisir les plats qu’ils veulent acheter. Le modèle économique du projet se base sur un prélèvement d’un dinar sur toute transaction. Le projet est ambitieux, en effet, Aziz Benchedli ambitionne de cibler Casablanca, dans une étape ultérieure de son projet.

 

Strike Motors : la start-up qui aide les commerçants ambulants

Fondé par Mohamed Ben Mahmoud, Strike Motors est un constructeur de triporteur inversé customisable pour les vendeurs ambulants. Lors de son intervention, le CEO a indiqué que la solution est destinée à développer les activités des vendeurs ambulants en Tunisie. Après avoir fait un partenariat avec Taysir Micro Finance et Enda-Amweel, les vendeurs ambulants peuvent acheter ces engins. Dans le même contexte, il a fait savoir que ce projet facilite l’activité des vendeurs ambulants.

WaterSprit : pour une meilleure extraction des biomolécules actives

Présenté par Mehdi Bhoury, ingénieur et économiste de formation, WaterSpirit est une start-up en biotechnologie qui cultive les microalgues et en extrait des biomolécules actives pour les fournir aux industries de la santé et de la beauté. WaterSpirit introduit une innovation de procédé pour économiser le temps de culture et la microalgue hp et augmenter son rendement en astaxanthine.

A la fin de la cérémonie, Noomane Fehri, le chargé de l’incubateur, a indiqué que B@LABS est, en lui-même, une startup  et a présenté l’équipe qui mène le projet. De son côté, Elyès Ben Rayana, responsable du service de financement et d’investissement de la BIAT a déclaré que la BIAT a toujours misé sur la jeunesse et l’entrepreneuriat, raisons pour lesquelles l’incubateur de la BIAT se trouve au sein de son siège social.
[raside number=”3″ tag=”Biat “]

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here