L’UGTT déclare la guerre à la privatisation

privatisation

L’Union générale tunisienne du travail (UGTT) lance une  campagne de sensibilisation contre la privatisation des entreprises publiques, à partir du 13 février, à Bizerte.

Dans un communiqué rendu public, hier 11 février, le secrétaire général de l’UGTT a annoncé qu’il rendra visite à trois entreprises publiques à Bizerte et proposera par la même occasion une panoplie de mesures pour la réforme de ces entreprises et le renforcement de leur productivité.

Il s’agit de la Société tunisienne des lubrifiants (SOTULUB), la Société tunisienne des industries de raffinage (STIR) et l’usine de sidérurgie El Fouledh. Ce choix ne doit rien au hasard: toutes les trois sont déficitaires et souffrent d’un sureffectif.

La campagne de sensibilisation concorde avec l’esprit de l’UGTT qui refuse la privatisation. Ce point de vue est défendu bec et ongle par les deux derniers secrétaires généraux de la centrale syndicale, à savoir  Houcine Abassi et Noureddine Taboubi. Ce dernier a poussé le zèle jusqu’à dire, dans le cadre d’une interview exclusive à leconomistemaghrebin.com, qu’il n’est pas question de négocier la privatisation des entreprises publiques qui appartiennent au peuple tunisien. Ajoutant que dans le cadre du PPP, le secteur privé peut s’y investir.

Dans la même perspective, il convient de rappeler que le débat fait rage entre les économistes qui recommandent la privatisation d’un certain nombre d’entreprises publiques, pour les sortir de l’endettement et les rendre compétitives, et des syndicalistes qui s’opposent à toutes tentatives de privatisation, en estimant qu’elle est l’une des facettes de l’exploitation des ouvriers.

Une chose est sûre: la majorité des entreprises publiques, chiffres à l’appui, sont déficitaires, et attendent désespérément soit la privatisation soit la restructuration. Notons par ailleurs que depuis l’indépendance, 103 entreprises publiques ont été privatisées. A titre d’exemple, la privatisation de l’entreprise publique Magasin Général a fait de l’enseigne déficitaire, une entreprise bénéficiaire et cotée en bourse.
[raside number= »3″ tag= »entreprises publiques »]

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here