La révision du code forestier s’impose

Code forêts

 Omar El Behi, secrétaire d’Etat à la Production agricole, lors d’une séance questions-réponses à l’ARP  ce samedi matin, a, entre autres sujets, attiré l’attention sur le fait que les sondages abusifs assèchent les puits. 

Il a également  indiqué qu’il faut repenser la structure de l’INAT (Institut National Agronomique de Tunisie) afin d’améliorer son fonctionnement. Répondant à une question qui  porte sur les ressources naturelles au Parc national  d’Ichkeul  et les projets de barrage à Bizerte, il a fait savoir l’existence d’un problème de gouvernance des ressources forestières vu que les contrats de concession applicables ne tiennent pas compte de la spécificité des parcs nationaux, d’où la difficulté de conclure des contrats avec le secteur privé.

C’est pourquoi, a-t-il fait remarquer, la révision du code forestier est indispensable pour inciter les investisseurs à s’intéresser à ces espaces.

Il est à rappeler qu’en décembre 2016, un projet de loi avait été déposé  pour amender le code forestier à l’Assemblée des représentants du peuple. L’objectif principal de l’amendement était de permettre à la classe défavorisée d’exploiter économiquement des espaces forestiers en Tunisie, chose que le Code forestier en l’état actuel ne permet pas.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here