Raoudha Ben Saber: « Il faut se retrousser les manches et se remettre au travail »

Dans une déclaration accordée à leconomistemaghrébin.com, lors d’un séminaire tenu aujourd’hui,  sur le thème «Réforme fiscale : vers un régime plus simple et plus équitable»,  Raoudha Ben Saber, présidente de la Chambre nationale des femmes chefs d’entreprise (CNFCE), est revenue sur les difficultés que connaissent les entreprises tunisiennes, notamment les petites et moyennes d’entre elles  (PME).

réformes fiscalesDans ce sens, elle a affirmé que comme tout le monde le sait, les entreprises tunisiennes passent, aujourd’hui, par plusieurs difficultés. «Dans une conjoncture actuelle qui est très dure, on peine depuis des années et surtout cette année à garantir la pérennité des entreprises».

Parmi ces difficultés figure, selon ses dires, les problèmes financiers qui alourdissent le déficit et nuisent à l’esprit d’entreprise. D’ailleurs, les entreprises tunisiennes et en particulier les PME vont souffrir encore plus, notamment avec le paiement des impôts supplémentaires telle la contribution exceptionnelle sur le revenu de 7,5%. Notant que l’entrepreneuriat féminin est constitué en général de PME et de très petites entreprises (TPE).

De plus, l’augmentation salariale de 6% dans le secteur privé pour les années 2016 et 2017, signée le 10 mars dernier par l’UGTT et l’UTICA, constitue une charge supplémentaire pour l’entreprise. «On est tout à fait d’accord pour augmenter les salaires parce que la pérennité des entreprises dépend en grande partie des salariés et ouvriers. Néanmoins, dans la conjoncture économique actuelle que connaît la Tunisie qui est très délicate, cette décision n’est qu’un nouveau handicap pour les entreprises qui doivent d’ores et déjà à faire face à des problèmes de trésorerie.

Et vu que la productivité et les revenus des entreprises sont en train de reculer –   grèves et  taux d’absentéisme notables –  il est  grand temps  de se retrousser les manches et de se remettre sérieusement au travail, conclut Mme Ben Saber.

Article précédentDes faiblesses dans la gestion de l’aide financière accordée par l’UE à la Tunisie
Article suivantMehdi Jomaa: “Le pays a besoin de renouveau, d’une nouvelle vision”
Imen ZINE-Journaliste
Imen ZINE est Journaliste spécialisée en Economie depuis Janvier 2008. Elle occupe ce poste à L’Economiste Maghrébin depuis Mars 2012. Elle a obtenu une maîtrise en Journalisme francophone de l’Institut du Journalisme et des Sciences de l’Information de Tunis (IPSI) en Juin 2005.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here