Boulangerie : il faut revoir la législation

La grève du pain qui a débuté lundi dans l’ensemble du territoire tunisien à l’exception de 4 gouvernorats (Jendouba, Béja, Le Kef et Bizerte) a été annulée. Mais quelles étaient ses causes ?

Les boulangers protestent contre l’absence de dialogue entre le ministère de l’Industrie et du Commerce et les propriétaires des boulangeries sur un nombre de points dont la situation des boulangeries anarchiques, la loi sur la concurrence économique et bien d’autres  revendications.

« Le taux de participation à cette grève était de 100% dans les 20 gouvernorats concernés. Tous les boulangers ont répondu à l’appel », a affirmé Mohamed Bouanane, président de la chambre nationale des propriétaires de boulangeries auprès de l’UTICA.

Il s’agit d’une première que les boulangers décident de faire grève. A Tunis, une majorité de boulangeries étaient fermées lundi dans la matinée. Le mouvement touche ceux qui achètent la farine subventionnée. Le prix du pain dit « baguette » est de 190 millimes, le prix du pain d’un kilo est de  240 millimes, grâce notamment aux subventions.

Par ailleurs, le Groupement Professionnel de l’Industrie, de la Boulangerie et de la Pâtisserie de la CONECT, quant à lui, a exprimé son refus catégorique des déclarations irresponsables, de l’appel injustifié à la grève des boulangers. Dans une déclaration à leconomistemaghrébin.com,  Abdelkarim Ben Mehrez, vice-président de la Chambre nationale des boulangeries modernes et pâtisseries auprès de la Conect, a indiqué: « Une telle grève vise à faire profiter davantage certaines parties du système de la compensation indépendamment des intérêts des citoyens. Or quand on proteste, on ne prend pas en otage le citoyen. C’est ce qui s’est passé hier ».

D’ailleurs, la Conect  a fait savoir, dans un communiqué, que l’appel à la grève émane de parties qui s’approvisionnent en farine au prix de 6 dinars seulement le quintal en plus de la compensation dont elles bénéficient alors que le reste des boulangeries, qui exercent dans le cadre du respect intégral de la loi, du cahier des charges , des conditions de poids et  des normes de qualité les plus exigeantes paient la farine à plus de 51 dinars le quintal sans bénéficier de la compensation.

M. Ben Mehrez a également ajouté : « Nous payons le prix des 100 kg de  farine à 51 dinars. D’ailleurs, nous travaillons dans les normes. Tout comme, nous employons des dizaines de jeunes dans chaque boulangerie ».

D’après lui, les vrais problèmes concernent une vieille loi sur la concurrence économique qui remonte à 1942  » A l’ère du Bey » a-t-il qualifié, tout en poursuivant qu’il va falloir impérativement la réviser. 

« Nous ne demandons pas la lune, juste une légère baisse de l’unité du pain qui nous revient plus cher que son prix de revient et surtout revoir la loi en vigueur » a-t-il expliqué.

Utiliser le pain, un produit de première nécessité pour tous les Tunisiens, comme un moyen de surenchère, est inadmissible, juge M. Ben Mehrez. Le dialogue se poursuit actuellement entre le ministère de l’Industrie et du Commerce et toutes les parties concernées quant aux solutions afin  de procéder à une refonte du système, même si la grève est annulée d’une façon provisoire. 

Le 29 décembre 1983, à la suite d’une hausse du prix de produits de base, des « émeutes du pain » avaient éclaté du sud au nord. La baguette coûtait à l’époque 90 millimes, au lieu de 50 millimes. Quant au prix de la semoule, il a augmenté de 70%. A cette époque, le gouvernement de Mohamed Mzali était pressé d’engager des réformes sociales pour réduire son déficit public en limitant les prix des produits subventionnés de grande consommation comme le pain. Il s’agit de la plus grande émeute que le pays ait jamais connue et qui avait causé, selon des bilans officiels, 70 morts, plus de 400 blessés et environ 800 arrestations.

1 COMMENTAIRE

  1. La peur est le premier mal de l’homme. Etre victime d’une arnaque ou fraude n’est pas une fatalité, mais ne rien faire pour la combattre est la pire des erreurs à ne pas commettre. Des milliers d’internautes ont perdu de l’argent via western union, money gramm., virement bancaire, PayPal, PCS etc… tout simplement parce que certaines personnes malintentionnées ont abusés de leur confiance. Tous les jours des milliers de victimes sont enregistrés, totalement dérobés de leur bien et ne savent plus à quel sein se vouer. Pour éradiquer ce mal qui gangrène la société, les victimes et les acteurs de la lutte contre la cybercriminalité doivent se mettre dans une synergie d’action afin de mettre fin à cette pratique malsaine. A cet effet, une équipe de spécialiste en cybercriminalité et des Officiers de Police Judiciaire coordonné par le Major du cyber sécurité Mr Fabrice CRASNIER a été mise en place pour soulager les peines des personnes victimes. Quelques soient la nature de l’arnaque dont vous êtes victimes, n’hésitez pas à déposer une plainte. Une équipe est à votre disposition 24H / 24H.
    – dès que vous déposez la plainte avec des preuves probantes, elle sera enregistrée et étudier avec un accusé de réception.
    – vous serez informés des différentes démarches jusqu’à l’arrestation des escrocs.
    -vous restez en contact permanent avec l’équipe pour une franche collaboration et pour toutes autres informations complémentaires.
    – vous serez informé à chaque étape de la procédure.
    Une fois que nous allons mettre la main sur vos escrocs, ils seront présentés à la justice pour que vous soyez remboursés ou dédommagés suivant la décision de la justice.
    NB : toutes ces procédures sont entièrement gratuites car nous avons prêté serment pour servir avec abnégation et dévouement la population.
    Alors chères victimes, sortez de votre mutisme afin qu’ensemble nous puissions décourager a jamais ces cybers délinquants.

    Adresses mails : fabricecrasnier@gmail.com / fabricecrasnier@consultant.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here