UADH: la nouvelle formule de quotas d’importation a fortement pénalisé Aures Auto

UADH L'Economiste Maghrébin

Pour l’année 2016, la société Universal Auto Distributors Holding (UADH) devrait engranger des revenus de 13 MDT contre 9,4 MDT prévus par le Business plan d’introduction en Bourse. D’où le résultat net individuel qui devrait atteindre 12 MDT contre 9,3 prévus, ce qui permettra une distribution de dividendes d’au moins 70%, a annoncé son DG Bassem Loukil lors d’une communication financière organisée hier.

Ainsi, le chiffre d’affaires consolidé devrait se situer autour de 363,1 MDT contre 386 MDT prévus, provenant essentiellement du décalage au niveau des ventes de Citroën. Le résultat net consolidé est prévu à 11,2 MDT contre 16,2 MDT auparavant.

Revenant sur les principaux faits marquants, le dirigeant de la société a fait savoir que la nouvelle formule de répartition des quotas d’importation, qui consiste à les répartir à parts égales entre les  concessionnaires automobiles sur les quatre trimestres, ne permet pas à l’UADH de dépasser les 50% à fin juin 2016, bien que l’ancienne formule n’ait pas prévu de contrainte pour l’utilisation du quota d’importation.

Cette nouvelle formule a pénalisé, selon ses propos, les concessionnaires automobiles appartenant au groupe puisqu’ils avaient auparavant la possibilité d’importer jusqu’à 80% de leurs quotas durant la même période, notamment les ventes d’Aures Auto qui ont connu un décalage de 1000 unités de la marque Citroën en moins.

Ainsi, la société a débuté  l’année en cours avec un stock très faible de 120 unités. Elle a consommé son quota de l’année 2015 et les 1000 unités supplémentaires avant 2016, contrairement aux concurrents qui avaient d’importants stocks à écouler au début de l’année.

Egalement, les quotas qui ont été attribués en février n’ont été importés effectivement qu’en mars. S’ajoute à cela l’arrêt de la production et de la commercialisation de la Citroën Nemo.

D’autre part,  Bassem Loukil a mis l’accent sur la forte dépréciation du Dinar tunisien, d’où les taux de change de l’Euro et le Yen japonais vs le dinar ont subi d’importantes hausses depuis le début de l’année 2016, soit respectivement +15% et +28% en moyenne.

Vu que la monnaie japonaise a chuté de 15% depuis la mi-octobre 2016, la société a réalisé des achats à terme très importants. Et elle n’a pas cessé de renforcer son positionnement sur le marché tunisien, affichant une extension notable du réseau de distribution. Elle compte faire de même pour l’année 2017, et ce, en fonction de sa stratégie de développement futur.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here