BNA : pas de distribution dividendes pour la quatrième année consécutive

BNA Tunisie

Après l’adoption de la nomination d’Imed Turki en tant que président du Conseil d’administration provisoire de la Banque nationale Agricole (BNA), Habib Belhaj-Kouider, Directeur général de la banque, est revenu, lors de l’Assemblée générale ordinaire (AGO) organisée aujourd’hui, sur le bilan de l’exercice 2015 et le business plan 2016-2020.

L’AGO s’est déroulée en présence des 64 actionnaires de la BNA, des analystes financiers, des banquiers et des journalistes.

Ainsi, le DG a mis l’accent sur les efforts déployés dans le cadre de sa stratégie de transformation et de modernisation surtout au plan du retour à la communication interne et externe en toute transparence et à la crédibilité envers le personnel, les actionnaires et le marché financier.

Dans ce sens, la banque a opté pour la création d’un espace destiné à ses actionnaires, une première du genre au niveau de la place de Tunis. Toutefois, la BNA a misé sur l’application des standards de qualification de profil des risques qui doivent être prudentiellement couverts.

M. Belhaj-Kouider a fait savoir également que dans la période à venir, il faut faire attention au niveau de la solvabilité, la rentabilité et de la consolidation des fonds propres.

Réagissant sur les résultats, la stratégie et le rapport des commissaires aux comptes, certains actionnaires et analystes ont été unanimes quant à la non-distribution de dividendes pour la quatrième année consécutive, précisant que les petits porteurs qui représentent 39% du capital ont le droit d’être soutenus et d’avoir une part du bénéfice de la BNA.

Cette part constitue, selon leurs termes, une préoccupation majeure. S’ajoute à cela le plus-value des actions BNA en Bourse qui ont rechuté courant 2015, passant de plus de 15 dinars à environ huit dinars.

Toutefois, ils ont préconisé l’augmentation de la participation de la BNA dans le capital d’Assurances AMI, qui est actuellement à 25%; et ce pour bénéficier du flux positif de cette société.

Il faut, à cet égard, savoir saisir les opportunités du marché notamment en Bourse, bien avant la cession des titres SFBT et du pôle immobilier.

En outre, certains actionnaires ont recommandé de changer la manière de gérer, faire participer les intervenants du marché financier dans la prise de décision et cibler l’internationalisation.

Et au vu de la situation peu reluisante, selon leurs dires, de la banque, il faut tracer et identifier, ensemble, des objectifs clairs pour une refonte globale.

Ils n’ont pas manqué de mentionner, à ce sujet, que les créances accrochées de la BNA ont fait l’objet, depuis des années de provisions importantes, qui ont été estimées à 208 MDT à fin 2015 contre des projections de 120 MDT à fin 2020. Il faudra bien y faire face car l’enjeu est important. « Nous allons souffrir pour remettre à flot ce bateau et avoir une banque dont nous serons fiers », ont-ils affirmé.

Pour conclure avec un peu d’optimisme, certains actionnaires ont salué l’initiative prise par la BNA  de créer un espace actionnaires et les efforts soutenus pour sauver la banque.

En réponse aux constatations et recommandations des actionnaires et autres analystes, Habib Belhaj-Kouider a mis en exergue la plus-value générée par les actions SFBT qui permet à la banque de pouvoir assurer sa comptabilité en cas de difficultés. Il a réaffirmé, dans ce contexte, que la banque a réussi à couvrir certains risques et mise sur une stratégie multi-axiale avant de prendre une décision de cession des titres SFBT.

S’agissant des dividendes, le responsable a précisé que la BNA est tenue de respecter la réglementation que ce soit prudentielle ou de distribution, tout en tenat compte de la pérennité de la banque et ses actionnaires. Sachant que l’exercice 2016 verra les mêmes provisions de l’exercice écoulé. Et vu que le portefeuille est plombé, la banque est appelée à changer de stratégie et à viser la transformation totale.

Au final, M. Belhaj-Kouider a indiqué que la BNA n’est pas un bateau qui prend l’eau de toutes parts, mais plutôt un bateau costaud qui peut avoir des problèmes de fonctionnement, mais qui sait naviguer et tenir le cap pour arriver à bon port.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here