Tunis : Centres de formation, acteurs incontournables du développement régional

Le Programme d’appui à la formation et à l’insertion professionnelle (PAFIP) vient d’être lancé officiellement, pour être mis en place dans 17 établissements de formation professionnelle sis dans neuf gouvernorats tunisiens.

Bénéficiant d’un don de 3 millions d’euros de l’Union européenne (UE) et d’un prêt de 24 millions d’euros de l’Agence française de développement (AFD), le PAFIP vise à améliorer la qualité des formations en Tunisie, et ce, par le biais d’une montée en gamme globale du dispositif national de la formation professionnelle, et à renforcer le lien entre la formation et le monde du travail, en encourageant l’ouverture du dispositif sur son environnement économique.

Sachant que ce dispositif est connu depuis des décennies par sa faible réactivité et capacité d’adaptation à l’ évolution des besoins des entreprises, des individus, de la région et de la société, il exigeait une réforme approfondie axée principalement sur un dispositif valorisant l’individu et produisant la réussite dans une complémentarité avec les autres composantes du système éducatif. Un dispositif réactif issu à la fois des spécificités économiques et sociales du pays et capable de produire des compétences selon les normes internationales, un nouveau modèle de pilotage du dispositif définissant les rôles, les missions des structures ainsi que les règles de gestion et les relations entre elles, et un ancrage des principes de la bonne gouvernance (transparence, redevabilité, équité…).

Dans le cadre de ce programme d’appui, les 17 centres de formation professionnelle concernés seront au cœur du dispositif et ont vocation à devenir les acteurs incontournables du développement économique et social dans les régions.

A noter que le programme PAFIP intervient en synergie et en complémentarité avec une initiative plus vaste de l’UE, qui se concentre sur le soutien aux régions les plus défavorisées en Tunisie, intitulée «l’Initiative régionale d’appui au développement économique durable» (IRADA).
Financée par l’UE à hauteur de 32 millions d’euros, cette initiative vise à renforcer la compétitivité des entreprises, la création d’emplois et le développement de l’employabilité dans huit régions, à savoir Jendouba, Kasserine, Gafsa, Sidi Bouzid, Médenine, Sfax, Gabès et Bizerte.

Elle vise, également, à aider les jeunes à s’inscrire dans une démarche positive de construction d’un projet professionnel de vie, à créer une dynamique de création d’emplois et de développement pour tous, particulièrement dans les régions les plus défavorisées.

Cette initiative répond directement aux besoins exprimés dans ces régions, et ce, à travers le lancement prochain d’appels à propositions destinés à mobiliser les acteurs locaux autour de projets innovants de développement économique régional.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here