Tunis – Hamma Hammami : Ces contestations étaient attendues…

Lors d’une conférence de presse tenue aujourd’hui à Tunis, Hamma Hammami, porte- parole du Front populaire, a déclaré que le Conseil des secrétaires généraux du Front populaire s’est réuni pour débattre de la situation dans le pays.

Il a rendu public un communiqué annonçant que tous les gouvernements de l’après-14 janvier ont suivi les mêmes politiques et ont échoué. H. Hammami a indiqué que le Front populaire appelle ses militants à participer aux mouvements sociaux pacifiques. Le FP considère que les dernière décisions du gouvernement sont des calmants et qu’il faut opter pour des solutions efficaces.

Le FP tient  le gouvernement responsable de la situation actuelle et appelle les politiques à encadrer les mouvements sociaux pour ne pas être récupérés par « les forces obscures ».

« La coalition gouvernementale a échoué mais la classe politique n’a pas échoué, contrairement à ce que certains disent, ajoute-t-il et de continuer : nous avons assumé notre responsabilité à travers nos députés. » D’après le porte-parole du FP, le gouvernement actuel ne semble pas concerné par les revendications de la révolution. « Ces contestations et mouvements sociaux étaient attendus et c’est un honneur pour le FP d’en faire partie mais si la situation continue de la sorte, le pays va tout droit vers la faillite », déclare-t-il.

Il a mis les manifestants pacifiques en garde contre les infiltrés et contre les terroristes et a déconseillé les manifestations nocturnes. H. Hammami a proposé trois solutions : un impôt exceptionnel sur la fortune; suspension de l’endettement pour trois ans et la maîtrise des dépenses de gestion.

Zied Lakhdhar a, de son côté, indiqué que la coalition gouvernementale est atteinte d’autisme et que le FP est ouvert à la discussion, ajoutant que la lutte contre le terrorisme se fait aussi à travers  le développement régional.

Zouheir Hamdi, leader au FP, a indiqué pour sa part que la source du problème est le manque d’intérêt de l’Etat face aux régions défavorisées, ajoutant que le dossier des biens confisqués devrait servir la cause du développement régional.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here