Le monde rend hommage à « l’exception tunisienne »


Dans un communiqué posté sur le site officiel de la Maison-Blanche, Obama a rendu hommage à « cette valeureuse coalition de travailleurs, de patrons, d’avocats et de défenseurs des droits de l’Homme pour sa précieuse contribution à l’instauration de la démocratie en Tunisie ».

Cette vaillante coalition, a-t-il indiqué, « est venue démontrer que l’instauration d’un climat de paix et de stabilité durable dépend de l’attachement du peuple à construire son avenir, tout comme elle est venue prouver que la démocratie est, à la fois, possible et nécessaire, en Afrique du Nord et au Moyen-Orient ».

Pour l’hôte de la Maison-Blanche « cette récompense se veut, aussi, un hommage à la persévérance et au courage du peuple tunisien qui, face aux assassinats politiques et aux attentats terroristes, s’est solidarisé dans un esprit d’unité, de compromis et de tolérance ».

Dans une région prédominée par tant de violence et de tumulte, a-t-il souligné, « la Tunisie a su montrer, grâce à la consécration du dialogue pacifique, la voie vers un avenir meilleur, loin de toute forme de violence et de division ».

Pour sa part, le président français a salué l’attribution du Prix Nobel de la Paix au Quartet. Ce prix «consacre la réussite de la transition démocratique» en Tunisie, a déclaré François Hollande.

Manuel Valls,  Premier ministre français, a pour sa part, adressé, à travers son compte twitter ses félicitations, en langue arabe, au Peuple Tunisie :

 

Idem pour Donald Tusk, président du Conseil européen, qui a adressé ses félicitations les plus chaleureuses au Quartet du dialogue national tunisien :


Composé de l’UGTT, syndicat historique en Tunisie et fer de lance pour son indépendance, du patronat (Utica), de la Ligue tunisienne des droits de l’Homme (LTDH) et de l’Ordre des avocats, le Quartet a organisé un long et difficile «dialogue national» entre les islamistes et leurs opposants, les obligeant à s’entendre pour sortir d’une paralysie institutionnelle.

«Je suis heureux pour tous les Tunisiens. Les membres du Quartet, je les avais rencontrées, je veux saluer tous ces militants et ces militantes car beaucoup de femmes sont engagées», a également déclaré François Hollande. «C’est aussi un encouragement pour encore soutenir la Tunisie dans les épreuves qu’elle traverse, on l’a bien vu avec les actes terroristes de ces dernières semaines et ces derniers mois. Ce sont tous les printemps arabes qui sont aussi rappelés et celui de Tunisie a été le seul, reconnaissons-le, à avoir eu ce résultat avec des élections incontestables et une démocratie enfin établie», a poursuivi François Hollande.

Mais «l’Europe et le monde ne doivent pas simplement remettre un prix mais accorder un prix aux aides qui doivent être apportées à la Tunisie», a également déclaré le président français. «Il faut permettre à la Tunisie d’aller encore plus dans la réussite de sa transition. Ce sera la position de la France». «La France doit en tirer toutes les leçons, avoir une coopération avec la Tunisie qui soit à la hauteur nécessaire sur le plan économique, touristique, mais aussi sur le plan de la défense».

Quant à l’Allemagne, elle a salué ,vendredi, l’attribution du prix Nobel pour la paix au Quartet parrain du Dialogue national, en reconnaissance de sa contribution à la construction de la démocratie en Tunisie.

« L’attribution de cette distinction au Quartet est un excellent choix », a affirmé la Chancelière allemande, Angela Merkel, dans une déclaration reprise par les agences de presse internationales.

« Si la Tunisie a réussi à gérer efficacement les développements et plus particulièrement les difficultés et les défis qui se sont dressés devant elle, c’est grâce au Quartet parrain du Dialogue », a pour sa part indiqué le ministre allemand des Affaires étrangères, Frank-Walter Steinmeier.

« Ce jour historique restera dans la mémoire de tous les Tunisiens et Tunisiennes qui peuvent être fiers du chemin parcouru par leur pays», a déclaré la Secrétaire générale de la Francophonie Madame Michaëlle Jean à Erevan, où elle participe à la 31e session de la Conférence ministérielle de la Francophonie (CMF). « Les lauréats représentent un exemple à suivre pour tous ceux qui cherchent à faire aboutir les processus de transition politique et consolider l’Etat de droit », a-t-elle ajouté.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here