L’Arabie Saoudite dans le collimateur de Wikileaks

Dans le cadre d’un projet du nom de Saudi Cables , Wikileaks vient de publier plus de 70.000 documents du ministère des Affaires étrangères de l’Arabie Saoudite dont plusieurs sont confidentiels en annonçant que 500.000 autres documents seront divulgués dans les prochaines semaines.

Selon plusieurs médias, les documents dévoilés mettent en lumière la rivalité entre l’Arabie Saoudite et l’Iran, les relations entre Riyad et Israël, l’aide de la famille royale saoudienne aux rebelles syriens et au gouvernement militaire en Egypte, ainsi que son opposition à l’accord négocié avec l’Iran sur son programme nucléaire.

Dans un câble daté du 14 août 2008 portant la mention « classé et très urgent », le ministère saoudien des Affaires étrangères avertit son ambassadeur à Washington que des dizaines d’étudiants venant d’Arabie Saoudite et d’autres pays du Golfe ont visité l’ambassade d’Israël dans la capitale américaine dans le cadre d’un programme de leadership international.

Un autre document diffusé par le site lanceur d’alerte, WikiLeaks, révèle qu’un fils d’Oussama Ben Laden a réclamé aux Etats-Unis un certificat de décès après la mort du chef d’alQaïda, tué en 2011 au Pakistan par les US Navy Seals, troupes d’élite de la Marine américaine.

Ces révélations affirment que le Consul général des Etats-Unis à Ryad a adressé à Abdallah Ben Laden, le 9 septembre 2011, au lieu d’un certificat de décès, des documents de la justice américaine dans lesquels des responsables confirmaient la mort de son père, entraînant ainsi l’abandon des poursuites contre lui.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here