Tunisie – UE : un mémorandum d’entente interparlementaire

Mohamed Ennaceur,  président de l’Assemblée des représentants du peuple (ARP) et Pier Antonio Panzeri, président de la commission européenne des relations avec le Maghreb,  ont signé, ce mercredi, 8 avril,  un mémorandum d’entente scellant l’accord entre  le Parlement tunisien et européen sur la création d’une commission mixte des deux parlements.

La proposition formulée par une délégation de députés européens, en visite du 6 au 9 avril, s’articule autour des  grands axes suivants : mesures antiterroristes, développement socioéconomique, culture, éducation, égalité des genres, participation des jeunes à la prise de décisions,  qui sont des éléments incontournables dans l’avenir.

Une rencontre à double objectif, a souligné M.Pier Antonio Panzeri. Le premier, selon lui, contribue non seulement à saluer la réussite du processus de transition démocratique, mais aussi à dire ensemble non au terrorisme. Quant au second objectif, il vise la collaboration la plus étroite entre les  deux Parlements, coopération fortement recommandée.   A ce propos il a déclaré que  “c’est à la partie tunisienne de désigner les membres de sa délégation car de notre côté c’est déjà fait, mais je pense que la décision sera prise dans quelques jours », a ajouté le chef de la Délégation de l’Union européenne”.

L’importance de ces recommandations est de contribuer à mener à bien les négociations pour un accord de libre-échange complet et approfondi (ALECA). Les programmes prévus se focalisent sur l’emploi, la migration, le développement durable et l’environnement, la cohésion économique et sociale de la Tunisie et la mise à niveau des produits tunisiens.

Présent à ce point de presse, le député Mehdi  Ben Gharbia a déclaré, quant à lui, qu’il s’agit d’une commission permanente tuniso-européenne qui sera l’organe suprême de  la collaboration entre le Parlement tunisien et européen, et ce, dans le cadre du statut privilégié.

De son côté, le  député Hassine El Jaziri souligne, à propos de la reconversion des dettes  en investissements de l’Union Européenne, que les  discussions sont en cours. Et de continuer :” Nous avons insisté en particulier sur la  nécessité d’assouplir l’octroi de visas afin de faciliter la mobilité entre les deux rives et sur la garantie du plein respect de la dignité humaine des migrants”.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here