Tunis : «Je suis…» d’hier, «Je suis…» d’aujourd’hui

Permettez-moi de vous faire part de mon étonnement. Étrange comportement : le monde semble peu intéressé par l’assassinat de 147 étudiants à la suite de la prise d’otages, jeudi 2 avril 2015, de 400 étudiants dans un campus universitaire au Kenya.

Les attaques perpétrées contre le magazine Charlie Hebdo à Paris et le Musée du Bardo  à Tunis ont suscité une forte mobilisation populaire contre le terrorisme avec les fameux slogans « Je suis Charlie » et « Je suis Bardo », mais ce n’était pas le cas à la suite de l’attaque du Kenya. Aucune raison  n’explique ce silence international contre une attaque qui a fait cinq fois plus que le nombre des victimes tombées à Paris et à Tunis ! C’est une hypocrisie inadmissible parce le terrorisme a toujours prouvé qu’il n’a ni religion, ni couleur !

Le 5 avril, à la sortie de la Foire du livre de Tunis, seulement une dizaine de Tunisiens ont tranquillement et volontairement manifesté contre l’attaque d’une université au Kenya. Dans un pays récemment frappé par le terrorisme, la réaction de la population contre cet acte barbare aurait dû être plus généralisée.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here