Projet Loon de Google : pour qu’aucune parcelle de la Terre ne soit privée d’Internet

Il est généralement admis qu’Internet forme une vaste communauté à travers le monde. Pourtant la réalité veut que près des deux tiers des habitants de la Terre en soient privés. Pour cette raison, le Projet Loon conçu par Google en collaboration avec le Cnes a été mis en place  :  un réseau de milliers de ballons voyageant dans les couches supérieures de l’atmosphère, visant à connecter les gens dans les zones rurales et reculées et à desservir les zones faiblement ou non couvertes par Internet dans toutes le contrées du monde.

Les ballons conçus pour le Projet Loon se déplacent à environ 20 km au-dessus de la surface de la Terre dans la stratosphère. Dans cette partie de l’atmosphère, se trouvent des vents qui varient en vitesse et en direction sur différents niveaux. Le Projet Loon utilise des algorithmes informatiques, permettant de déterminer dans quelle direction les ballons doivent se déplacer, de manière à les agencer pour former un grand réseau de communication.

La flotte de ballons est déployée à une altitude suffisamment élevée pour éviter les avions, et s’affranchir des aléas météorologiques, de même que les dispositifs sont munis de panneaux solaires  leur permettant d’être alimentés en énergie électrique. Par ce procédé, le signal envoyé depuis le sol est capté par les ballons puis redirigé vers des antennes extérieures, des téléphones ou autres appareils équipés de la technologie LTE  ( Long-Term Evolution, norme d’excellence en matière de technologie sans fil) .

Avec un tel réseau, des zones reculées telles que les déserts pourraient avoir une couverture Internet à des prix moins élevés que les connexions  par liaison satellite.

Selon Jean-Yves Le Gall, président du Cnes ( agence française de l’espace)  : « Ce projet est des plus actuels à l’heure où sont étudiés tous les moyens de supprimer les zones blanches et c’est pour le Cnes une expérience unique de travailler avec Google, véritable emblème de la Silicon Valley. C’est grâce à de telles collaborations que les barrières tombent, que naissent de nouveaux projets transversaux et nous sommes fiers d’apporter notre expertise et de bénéficier en retour de l’aide de cette entreprise globale unique qu’est Google. »

Reste à savoir comment les individus concernés par ce projet, essentiellement dans des zones reculées et pauvres, pourront en bénéficier, sachant que les technologies nécessaires à l’accès à ces services ont des coûts parfois très élevés.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here