Tunisie- BCE : « Le peuple n’a pas déclenché une Révolution pour revendiquer la polygamie »

Lors d’un meeting populaire organisé au palais du Congrès à Tunis, dans l’après-midi du vendredi 12 septembre, le leader du parti Nidaa Tounes, Béji Caïd Essebsi, est  longuement revenu sur les motifs qui l’ont incité à se présenter aux élections présidentielles

Le leader du parti Nidaa Tounes a révélé  au début de son discours que certaines parties veulent déstabiliser son parti, « mais  Nidaa Tounes va  bien et j’espère qu’il remportera  les prochaines élections législatives ».

Pourquoi se porter candidat à la présidentielle ? « J’ai un devoir envers ma patrie », a-t-il répondu tout en  fustigeant la proposition d’un président consensuel qui, selon lui, constitue une atteinte à la démocratie. « A quoi cela servirait d’organiser des élections et de plébisciter la vox populi si la classe politique optait pour un président consensuel ? », s’est-il interrogé.

Quel projet sociétal d’avenir pour la Tunisie ? « Nous voulons créer un Etat moderne….un Etat qui défend, également l’islam, une religion universelle qui exige et impose le respect des autres religions, notamment  du Livre», a souligné l’orateur. Et de poursuivre : « L’objectif de la Révolution n’était pas de légaliser la polygamie », a-t-il déclaré, ironique, tout en précisant que Nidaa Tounes aura pour mission principale de garantir la sécurité dans le pays mais aussi renforcer le rôle de la femme dans la société.

Evoquant la place de notre pays sur l’échiquier mondial, BCE  a martelé que la Tunisie  doit retrouver son prestige perdu et son rang  dans le monde tout en mettant l’accent sur l’importance de l’ouverture à l’international.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here